Anatomie et physiologie des poissons

Anatomie et physiologie des poissons

Anatomie et physiologie des poissons d’eau douce

Comme beaucoup d’être vivants, les poissons ont une colonne vertébrale, sauf qu’ils vivent dans l’eau. Leur anatomie, ainsi que leur physiologie sont donc adaptées à cette spécificité. Regardons plus en détail anatomie et  physiologie des poissons.

Le poisson possède des organes semblable à ceux des oiseaux ou des mammifères, mais il existe une grosse différence, les branchies remplacent les poumons. Ce sont elles qui extraient l’oxygène de l’eau.

Anatomie et physiologie des poissons: La peau et les écailles des poissons d’eau douce

La peau des poisson possède un épiderme superficiel et un derme profond. Le premier contient de petites glandes secrétant du mucus, un liquide gluant. Dans le second sont implantées des cellules pigmentaires et des écailles que la plupart des espèces possèdent. Ces lames protectrices s’imbriquent comme les tuiles d’un toit et sont recouvertes d’une couche d’émail. Il y en a plusieurs types:

Les cténoïdes

Elles ont de petites pointes qui les rendent aisément reconnaissables. Le sandre et la perche en possèdent.

Les cycloïdes

Ce sont celles que portent les poissons blancs comme le chevesne, le rotengle, le gardon, l’ablette ou la carpe. Elles sont lisses, fines et souples.

Les placoïdes

Elles se trouvent sur des poissons comme le requin; pas sur ceux se trouvant dans nos eaux douces.

Les ganoïdes

Épaisses et pointues, ces écailles sont articulées entre elles. On en trouve sur le corps de l’esturgeon.

Schéma de l'anatomie externe de la truite: Anatomie et physiologie des poissons

Anatomie et physiologie des poissons: Les squelettes et les muscles des poissons d’eau douce

Le squelette des poissons est l’armature qui supporte les muscles et le cerveau. Il est composé, des os de la tête, d’un axe vertébral et des arêtes. Les nageoires anale, caudale et dorsales sont rattachés à la colonne, alors que les nageoires pectorales,ventrales ou pelviennes sont ancrés au niveau des rayons osseux et vers la tête.

Les muscles servent à la propulsion des poissons et leur permettent de respirer. Parmi eux, il y a les muscles grêles qui animent les nageoires; le masséter, indispensable pour bouger la mâchoire inférieur; et les muscles latéro-dorsaux qui assurent le mouvement de la caudale. Tous ces muscles s’enchevêtrent obliquement.

Anatomie et physiologie des poissons: Les nageoires des poissons d’eau douce

Ce sont les membres des poissons qui leur servent à se déplacer et à se guider. Les nageoires pectorales et pelviennes sont en nombre pair. La nageoire dorsale, la caudale et l’anale, en nombre impair, sauf chez la perche, le sandre et le black bass qui possèdent deux dorsales, l’une à rayons épineux, l’autre molle. Les salmonidés et le poisson-chat ont une nageoire adipeuse, entre la dorsale et la caudale, dont nul ne connait vraiment l’utilité. L’épinoche, porte des nageoires épineuses sur le dos, et la carpe, un aiguillon cranté.

Anatomie et physiologie des poissons: La bouche et les dents des poissons d’eau douce

La bouche d’un poisson est adéquat à son régime alimentaire. Le brochet possède des mâchoires étonnantes: sept cents dents aiguisées dirigées vers l’arrière pour mieux transférer la proie vers la gorge et l’estomac. Le sandre à des dents pointus et espacés. Celle de la truite quant à elle sont petites et piquantes. Elle possède une langue avec de petits crochets (vomer). La gueule du silure est rempli de râpes. La bouche des poissons blancs se différencie par leur nudité. En fait, des dents se trouvent au niveau du pharynx et non vers les lèvres ou au milieu du palais. C’est ce que l’on appelle des “dents pharyngiennes”. Le hotu, se nourissant d’algues et de mousses raclées sur le fond, possède des lèvres cornées.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Les produits pour la confection d'une amorce

Anatomie et physiologie des poissons: Les branchies des poissons d’eau douce

Se trouvant sous les opercules qui les protègent, elles assurent l’oxygénation du sang. Il y en a quatre de chaque coté de la tête de la plupart des poissons d’eau douce. Les branchies sont constituées d’un arc branchial portant d’un coté des branchiospine (sortes d’épines) et de l’autre des lamelles irrigués de sang. Chez des poissons comme l’alose et le corégone, les branchies sont bien développées. Celles du brochet sont plus courtes, avec des lamelles espacées.

Anatomie et physiologie des poissons: La vessie natatoire des poissons d’eau douce

Cette poche peut avoir de multiples fonctions. Pour la majorité des poissons, c’est un appareil hydrostatique. En se remplissant plus ou moins d’air, il leur permet de se maintenir à différentes profondeurs. La vessie natatoire peut aussi servir de caisse de résonance des sons et des vibrations. Certaines espèces vivant sur le fond comme le chabot n’en ont pas, ce qui ne les empêche pas de bien nager.

Anatomie et physiologie des poissons

L’appareil digestif et l’alimentation des poissons d’eau douce

L’appareil digestif commence par la bouche, puis continu sa route par la cavité buccale, le pharynx, l’œsophage, et l’estomac qui secrète le suc digestif. Arrive ensuite le foie, la vésicule biliaire, le canal cholédoque et les cæcums pyloriques ( des sortes de filaments), le pylore, l’intestin, la rate et l’anus. Pour les carnassiers ne possédant pas d’estomac, la digestion se fait directement dans l’intestin, dont la taille est alors plus importante. Le régime alimentaire varie selon les espèces et les disponibilités du milieu. Le brochet mange généralement des poissons, mais il mange également des batraciens, des écrevisses, des vers et des canetons, lorsque ces proies abondent ou en période de disette. Contrairement aux apparences, ce carnassier n’est pas un vorace. Il ne mange qu’à sa faim et digère lentement. La carpe préfère les végétaux et les petits invertébrés, mais il lui arrive aussi de croquer des alevins.

Le cœur et la circulation sanguine des poissons d’eau douce

Le cœur se divise en plusieurs parties: le sinus veineux où le sang afflue, l’atrium, similaire aux oreillettes des mammifères, le ventricule qui renvoie le sang vers les branchies, et le bulbe artériel. Il se trouve près des branchies, sauf chez l’anguille qui le possède vers la partie inférieur du corps. Pour la tuer, frapper ou inciser sa queue est beaucoup plus efficace que lui donner un coup de maillet sur le crâne. L’appareil circulatoire des poissons, alimenté par le cœur, comprend des vaisseaux: des artères, des veines et des capillaires. L’artère branchiale alimente les filaments des branchies. L’aorte se prolonge par des vaisseaux qui font circuler le sang dans tout l’organisme.

La respiration des poissons d’eau douce

Les poissons puisent l’oxygène grâce à leurs ouïes. L’eau est aspirée par la bouche. En passant par les lamelles des branchies, elle libère son gaz que le sang absorbe. Elle ressort ensuite par les opercules. Les mouvements se font à intervalles réguliers et s’apparentent schématiquement à ceux d’une pompe.

Tous les poissons ne consomment pas la même quantité d’oxygène dissous. Les teneurs moyennes minimales sont d’environ 7 mg par litre d’eau pour les salmonidés et 4 mg pour les cyprinidés.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche à la dandine

Anatomie et physiologie des poissons: La ligne latérale des poissons d’eau douce

Se trouvant le long de chaque flanc, la ligne latérale se voit à l’œil nu, mais elle est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Au microscope, elle présente une série de petits tubes qui s’étendent en général de l’opercule à la queue; ces organes sensoriels traversent l’épiderme et sont connectés au système nerveux. Elle sert à trouver les variations de pression et les vibrations dans l’eau. C’est un capteur tactile capable d’alerter le poisson de la présence d’une proie ou d’un danger, même dans le noir le plus complet. Sa forme peut être sinueuse, concave, convexe ou oblique. Sa longueur est réduite chez certains poissons (vairon), d’autres n’en possèdent pas (athérine).

L’audition des poissons d’eau douce

Les poissons possède une ouïe bien développé, mais ils perçoivent surtout les sons graves que les aigus. Les ondes acoustiques se propageant dans l’eau sont perçues par leurs oreilles internes, parfois reliées à la vessie natatoire qui sert alors d’amplificateur. Les appareils auditifs comprennent des canaux semi-circulaires ( lagena, saccule, et utricule) et des concrétions calcaires ( otolithes).

L’odorat et le goût des poissons d’eau

Les capacités olfacto-gustatives des poissons sont très performantes, surtout chez les espèces lucifuges aux mœurs nocturnes. Elles leur permettent de rechercher la nourriture et de déceler les changements dans dans la qualité de l’eau. Ils ont deux paires de narines, seulement utilisés pour sentir les odeurs et non pour respirer, qui captent les effluves véhiculés par l’eau et les transmettent au cerveau. La détection gustative se fait principalement au niveau de la bouche, des lèvres et des papilles, mais aussi des barbillons, que l’on trouve chez le silure, la carpe ou encore le barbeau.

La vision des poissons d’eau douce

La vision des poissons est monoculaire. Chaque œil reçoit une image distincte. Ils discernent peu les couleurs. Le cristallin est mobile et la cornée ne réfléchit pas la lumière comme celle des mammifères. Leur champ de vision est par ailleurs plus large: environ 170° pour chaque œil horizontalement, ce qui signifie que les poissons peuvent voir ce qui se passe derrière eux sans se retourner. Ils repèrent aussi ce qui se passe hors de l’eau, dans un angle restreint de 98°.

En complément de cet article vous pouvez allez voir celui-ci.

Comme pour tout être vivant, l’anatomie des poissons et une chose complexe et intéressante a connaitre. Les poisson possède bien des capacités étonnante, est il n’est pas impossible que nous en découvrions encore dans les années à venir.

Si vous avez des questions poser les dans les commentaires j’y répondrais au plus vite. N’hésitez pas à partager autour de vous si cet article vous a plu. A bientôt.

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.