Tout savoir sur la pêche à la tirette

Tout savoir sur la pêche à la tirette

Comment bien débuter la pêche à la tirette?

A la pêche à la tirette le but est de ramener un vif sur le fond en employant un plomb coulissant afin que le carnassier de ressente pas l’inertie du plomb. Les principaux caractères de la tirette sont, la discrétion et la finesse; Vous aurez besoin de discrétion pour, l’animation, le posé, ainsi que dans le poids du plomb et de finesse pour , le bas de ligne, le montage et l’hameçon.

La pêche à la tirette est généralement destiné au sandre, et le plus compliqué avec cet technique sera de trouver le bon rythme entre les tirées et les phases d’arrêt.

La tirette n’est pas possible sur tous les postes, cependant elle reste supérieur à beaucoup d’autres techniques sur des postes marqués de taille moyenne, à fond propre tel que, les plages, hauts-fonds etc.. Mais la présence de beaucoup d’herbes aquatiques ou d’obstacles, la rend inefficace, car les accrochages sur le fond ne seront pas rare.

C’est une pêche itinérante dont la distance parcouru sera tout de même moindre qu’avec d’autres techniques dont la prospection est plus rapide (comme la pêche au leurre par exemple). Il est conseillé de réaliser chacun de vos passages à quelques mètres du précédent ce qui vous permettra de ratisser complètement la zone sans en oublier une miette.

Enfin nous verrons plus en détail dans l’article que les principaux appâts sont les vifs et les vers, mais il n’est pas impossible d’avoir de bon résultats avec des leurres restant efficace durant toutes les phases de l’imitation, tel que des leurres souples figuratif et poisson nageur flottant/suspendings. Bien sur les cuillers ainsi que les poissons nageurs coulant sont à exclure car l’enchaînement de tiré sur le fond, avec de plus ou moins longs arrêts ne permet pas leur sélection.

Matériel pour la pêche à la tirette

Vous aurez besoin d’une canne adaptée, possédant un scion très souple. Il y a deux types de cannes; celles avec un scion de couleur en général emmanché dans le brin de carbone, qui plie facilement et celles avec un scion souple faisant partit de la canne. Tout dépendra de ce que vous préférez, ont peut dire que les premières sont un peu plus adaptés pour les plombés légères et les fils fins. Vous pouvez par exemple l’utiliser lorsque vous pêchez à de faible profondeur et qu’il n’y a pas d’obstacle.

Pour la longueur, optez pour une canne de 2m90 à 3m30 lorsque vous pêchez du bord afin d’avoir un bras de levier suffisamment long pour brider un beau poisson et 2m40 à 2m60 depuis une embarcation. Pour le fil, tournez-vous vers un nylon en fluorocarbone d’une résistance de 4 à 6 kilos pour pouvoir résister aux assauts du sandre. Et pour le moulinet, je vous conseil d’en choisir un à tambour fixe de qualité en 2500 capable d’enrouler de la tresse sans faire de perruque et un avec anti-retour afin de garder un contact permanent et d’éviter les vibrations inutiles. Car ici le moindre petit tremblement peu vouloir dire qu’il y a une touche et elles sont si sensible qu’il est compliqué de les différencier.

Montage pour la pêche à la tirette

Le montage sera différent en fonction de plusieurs critères:

– Le grammage que vous utiliserez dépendra de la profondeur.

– La nature du fond.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Les meilleurs postes pour la pêche de la truite

– Le courant qui lui aussi est à prendre en compte pour déterminer le poids de la plombée.

La profondeur et le courant vont donc influencer le poids de notre plombée, se sera donc à vous de voir, mais pensez bien que plus vous plombez, plus les risques d’accrochages sont nombreux. Équipez-vous de chevrotines et de balles nickelées de 5 à 12 grammes.

Les chevrotines vous serviront dans les endroits encombrés car celle-ci seront placés sur un cassant de 16 à 18/100 relié à un émerillon et les balles seront disposés librement sur la ligne de manière à y coulisser. Vous emploierez ces dernière sur les fonds sans obstacles.

Un petit mot concernant la tresse, étant donné quelle n’est que très peu résistante face aux obstacles, il est  conseillé de la relié à une tête de ligne de plus ou moins 1 mètre au dessus de l’émerillon. C’est pour cela que le fluorocarbone est une bonne idée, car en plus d’être très discret, il résiste très bien aux frottements. Un nœud tout se qu’il y a de plus classique fera l’affaire pour raccorder le bas de ligne et la tresse.

C’est ce bas de ligne qui accueillera votre balle qui y coulissera et viendra taper contre une perle servant à protéger le nœud d’attache de l’émerillon. En ce qui concerne l’émerillon, vous pouvez choisir un une agrafe ou un rolling, sachant qu’avec un rolling le nœud reliant le bas de ligne sera en contact permanent avec l’appât.

La longueur de votre bas de ligne se situera entre 40 et 60 cm, pour une résistance de 4 à 5 kilos pour le sandre et 2 kilos pour les truites et les perches qui mordent aussi avec cette technique.

Les esches pour la pêche à la tirette

Ablette

A la tirette les deux esches les plus utilisées sont les vers et les vifs.

Au vif un montage “steeward ou “tandem” sera le plus efficace, avec un hameçon n°6 ou 4 en fonction de la grosseur du vif et un triple en queue de la même taille vous donneront de bon résultats. Il est aussi possible, de disposer un hameçon simple dans la lèvre supérieur du vif.

Chose importante, ne clouer pas les lèvres du vif car cela est la meilleur manière de le faire mourir et il sera bien moins efficace qu’un vif en pleine forme. L’hameçon simple doit être doit être disposé dans la lèvre supérieur et le triple dans le gras du dos juste devant la queue et piqué légèrement dedans. Il est aussi possible de bloquer l’hameçon dans la lèvre du vif avec un petit disque de caoutchouc piqué en son centre. Eschez votre vif, puis mettez le disque percé en son centre. Cela évite les risque de perte de votre vif.

Pour le ver vous pouvez employer une aiguille à locher afin de ne laisser que quelques centimètres de libre à la queue de ce celui-ci. Une fois loché vous pouvez camouflé la pointe de votre hameçon dans le ver afin d’éviter les accrochages.

L’animation pour la pêche à la tirette

Pour faire simple, l’animation consiste à lancer et ramener en  faisant traîner le plomb sur le fond. Afin de garder votre vif en vie, éviter au mieux les lancer “violent” car votre vif peut vite se transformer en cadavre si vous ne faites pas attention. Pour éviter au mieux la catastrophe efforcez-vous de ne pas lancer le plus loin et le plus fort possible et freinez doucement votre montage comme à la bombette. Contrôlez la descente toujours avec la ligne bien tendue et lorsque vous atteindrez le fond, patientez quelques secondes pour que votre vif reprenne conscience. Pensez bien à prévoir plusieurs vifs. Une quarantaine de vif pour une demi journée de seront pas de trop. Pour le poisson, les ablettes, goujons, vairons, chevesnes, devraient vous donner de bons résultats. De plus si vous comptez explorer un zone de font en comble, comptez au moins 3 minutes par lancer, pour un dizaine de lancer par zones.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Les maladies des poissons

Lorsque vous êtes en période d’attente, pensez bien à toujours garder la ligne tendu, car les attaques peuvent avoir lieu à ce moment. Vous devez coller votre vif au fond, afin qu’il se présente aux prédateurs s’y trouvant également et comme votre plombée va elle aussi gratter le fond, tout cela va beaucoup attirer l’attention.

Comment son nom l’indique à la tirette vous devais tirer le montage vers vous. Pour cela, relevez votre canne de manière à faire décoller le montage et de garder constamment le contact avec le monture. Après chaque tirée, il vous suffit de récupérer votre ligne et de simplement recommencer. Vous pouvez aussi alterner de longues poses, de plus courtes, des relevées de cannes plus ou moins amples, etc… vous pouvez tout essayer.

Le ferrage pour la pêche à la tirette

Ici pour ferrer vous devrez arrêter votre animation, à la moindre touche stopper tout et attendez quelques secondes toute en gardant un œil sur votre scion avec la ligne légèrement tendu. Puis ferrez amplement et ce, surtout avec le vif car le sandre à pour habitude de tuer, puis de revenir manger sa proie plus tard. C’est pour cela qu’un scion extrêmement souple est nécessaire. Grâce à celui-ci vous pouvez surveillez les coups des carnassiers sur votre vif et de voir se qu’il se passe au bout de votre ligne. Lorsque la ligne se tend, il faut ferrer.

La touche se fat généralement sentir par toc franc et vif. Si vous avez tout de même un doute, arrêtez l’animation, puis surveillez votre scion. Quand il ne se passe rien, deux hypothèse son possible, soit c’est un fausse alerte, soit le sandre attend de voir se qu’il se passe. Quoi qu’il en soit reprenez votre animation en restant toujours sur vos gardes.

Pensez bien qu’avec la tirette tout est question de sensibilité et de concentration. Un montage passant trop vite, trop plombé, ne marchera pas avec cette technique, ce qui est bien dommage, car elle est très efficace. Vous en savez déjà davantage sur la pêche à la tirette.

J’espère que cet article vous a plu 🙂 . Si c’est le cas n’hésitez pas à le partager autour de vous. Si vous avez des questions posez les dans les commentaires j’y répondrais avec plaisir. A bientôt.

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 23
    Partages

2 réactions au sujet de « Tout savoir sur la pêche à la tirette »

  1. Bonjour Aurélien,

    Merci pour cet article, beaucoup de gens m’en avait parlé mais dans leur logique à eux. Là c’est très clair.
    Pour moi ce sera la saison prochaine et une bonne technique pour essayer d’attraper du beau sandre.

    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.