Comment se déplacent les poissons

Comment se déplacent les poissons

Comment se déplacent les poissons?

Les poissons se déplacent en nageant, pour se mettre hors de porté des prédateurs, pour chasser une proie, trouver de la nourriture ou encore lutter contre le courant. Regardons plus en détail comment se déplacent les poissons.

Le milieu dans lequel vivent la plupart des poissons est bien plus dense que celui où nous vivons. Cette spécificité, qui fait que les plongeurs doivent lester leur tenue pour compenser la ” flottabilité passive” de leur corps, n’empêche pas les poissons de se mouvoir avec facilité. Car n’ayant pas à résister à l’apesanteur, ils doivent néanmoins se rester en équilibre, résister aux mouvements des eaux provoqués par les courants et se déplacer. Et pour cela, ils doivent actionner leurs nageoires. La nage des poissons n’est pas la même en fonction de la forme de leur corps et des raisons de leur déplacement. Par exemple un prédateur qui cherche à capturer une proie emploiera une nage rapide. Et un poisson menacé utilisera une nage approprié qui le mettra à l’abri du danger.

Comment se déplacent les poissons: La locomotion des poissons

Elle se fait par ondulation du corps et de la nageoire caudale. La tête sert de contrepoids tandis que la queue est le moteur. Pour la plupart des poissons, les nageoires dorsales et anale sont stabilisatrices, les pectorales et les ventrales font office de gouvernails, parfois de rames ou de freins.

L’anguille est un cas à part. Elle progresse comme un serpent. Tout son corps est en mouvement pour repousser l’eau alternativement d’un coté à l’autre.

Le silure et le poisson-chat godillent plutôt leur corps.

Généralement l’on distingue 3 types de nage:

La nage soutenue

Bien souvent de courte durée et se manifestant lorsqu’un poisson cherche à se saisir d’une proie, ou à l’occasion d’une fuite face à un prédateur, ou encore pour se protéger d’un danger, la nage soutenue est le type de nage qu’un poisson utilise quand une pierre est jetée dans l’eau ou bien qu’un leurre de pêche est envoyé trop bruyamment. Son instinct le pousse à prendre la fuite le plus vite possible et à se mettre à l’abri dans une cavité de la berge, ou en dévalant le cours d’eau. Il réagit de la même façon lorsqu’un pêcheur indiscret arrive sur son poste.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Top 7 des meilleurs leurres pour le black bass

La nage transitoire

Ce déplacement est généré par de sec et ample mouvements de nageoires. Cela peut aussi bien s’exprimer par des départs rapides rectilignes que par des virages vifs. Par exemple quand une truite en poste face au courant, passe à l’attaque, en faisant un décroché latéral ou vertical pour l’attraper à la dérive.

La nage lente

Le poisson se comporte un peu comme un oiseau planant dans le ciel ou qui bat des ailes seulement pour orienter son vol ou lutter contre le vent. Il active ses nageoires avec parcimonie. Ses mouvements mesurés sont de faible amplitude. Ce genre de nage est utilisé pour se mouvoir doucement ou bien pour se  stabiliser dans le courant. La perche emploie cette nage quand elle explore un secteur, en recherche de nourriture. La carpe fait la même chose lorsqu’elle fouille dans le fond.

Si la température de l’eau change, le poisson émigre vers des zones plus favorables, mais pas rapidement car c’est un animal à sang froid. Lorsque le refroidissement se fait trop brutalement, leur corps s’engourdit et ils finissent par succomber. Certains poissons ont cependant le privilège de pouvoir entrer en léthargie et de se mettre au chaud dans les fosses.

Comment se déplacent les poissons: A quelle vitesse nage un poisson?

Cela dépend bien sur de plusieurs paramètres, la taille, la puissance et de l’amplitude du mouvements de ses nageoires. Le brochet à la capacité de faire du 20km/h sur de courte distances. La truite elle, est la plus résistante, mais ne dépasse pas les 12km/h. La carpe est encore plus lente, puisque sa vitesse de pointe est de 8km/h. Le saumon lui, nage à une vitesse moyenne de 25km/h et qui fait des exploits durant ses remontées en eau douce. Sa puissance ainsi que ses accélérations lui permettent de faire des sauts de 2m, voire plus, pour franchir des obstacles à sa migration. Les poissons d’eau douce sont encore loin des vitesses atteintes par certains poissons de mer, tel que les espadons, marlin bleu et autre poisson voilier dont la vitesse de pointe avoisine les 110 km/h.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche au jerkbait

Comment se déplacent les poissons: La nage multidirectionnelle des poissons

Les poissons se déplacent sur les cotés, vers le haut et vers le bas, en avant et en arrière. Leur nage peut être multidirectionnelle.

Ce sont les nageoires pelviennes et pectorales qui leur permettent de monter ou descendre. Pour aller de droite à gauche, le poisson fait varier l’angle de ses nageoires, un peu à la manière d’une avion.

Pour se diriger vers l’arrière, ce dont peu de poissons sont capable, les mouvements s’inversent. La nageoire caudale devient alors un gouvernail tandis que les pelviennes et les pectorales servent de propulseurs. L’épinoche adopte parfois ce type de nage.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à les posez. Vous pouvez aussi partager cet article si il vous a plu. A bientôt

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 5
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.