Les maladies des poissons

Les maladies des poissons

Quelles-sont les maladies des poissons?

Les maladies touchent aussi les poissons. En effet ils sont aussi sont atteint par des pathologies virales, bactériennes ou fongiques pouvant entraîner d’importantes épidémies. Avec les pollutions qui diminuent les défenses immunitaires des populations piscicoles et l’introduction de poissons pas toujours sains, diverses maladies se développent dans les milieux aquatiques. Voyons plus en détail les maladies des poissons.

Les maladies des poissons: Les maladies virales des poissons

La nécrose des nageoires

Ce sont les salmonidés, et surtout les poissons élevés en pisciculture, qui sont victime de cette maladie. Elle se manifeste par des taches blanchâtre qui apparaissent sur les nageoires dorsales, pectorales et caudales et entraînent leur décomposition.

La nécrose pancréatique infectieuse

Cette maladie se transmet directement par les œufs et touche surtout les alevins de salmonidés. Leur peau devient sombre et ils nagent de manière incohérente. Le ventre se ballonne tandis que les yeux sortent de leurs orbites. La mort survient en quelques jours.

La septicémie hémorragique

Cette anémie infectieuse se développe quand l’eau atteint une température plutôt basse (entre 8 et 14 °C). Contrairement à d’autres maladies, les symptômes ne sont pas toujours visibles. Des hémorragies se manifestent en général au niveau des flancs, des yeux et des nageoires pectorales, et le ventre gonfle. Là aussi la mort peut survenir rapidement.

La virémie printanière

Les cyprinidés souffrent de cette affection, au printemps, lorsque l’eau atteint des températures proche des 8 à 10°C. Le ventre des poissons enfle, des hémorragies apparaissent sur les flancs et les nageoires qui s’altèrent. Les yeux sont exorbités et la cavité abdominale se remplit de liquide.

Les maladies des poissons: Les maladies bactériennes

La myxobactériose

Œdème sur les branchies, difficultés respiratoires, nécroses des nageoires et présence de plaques blanches, voici les symptômes de la myxobactériose.  Elle se développe principalement dans les milieux pollués et les piscicultures.

L’érythrodermatite

Au printemps, quand l’eau se réchauffe, cette maladie peut apparaître. Les poissons malade présentent des plaques rouges sur les flancs, voire des abcès importants. Les nageoires pourrissent et des organes vitaux comme les branchies et le foie s’anémient.

La furonculose

Les salmonidés tel que la truite , l’ombre, mais aussi les cyprinidés sont touchés par cette maladie très contagieuse qui se répand dans les milieux souillés par des matières organiques. Les poissons présentent des taches rouges, près des nageoires pectorales et des boursouflures sur la peau qui se transforment en furoncles sanguinolents causant une mort certaine.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche de la carpe

L’hydropisie infectieuse

Cette affection se développe au printemps. La cavité abdominale se remplit de pus. Sur le dos et les flancs, des ulcérations apparaissent. L’estomac et le foie finissent aussi par être touchés.

La variole de la carpe

L’apparition d’aspérités blanchâtres vers la queue et les nageoires constitue les symptômes de cette de cette maladie contagieuse due vraisemblablement à une mauvaise alimentation. Heureusement, l’affection est rare et localisée.

Les maladies des poissons: Les maladies parasitaires

L’argulose

Le coupable de cette maladie est un petit crustacé mesurant quelques millimètres. Il se fixe sur la peau ou les branchies pour y sucer le sang. Les principale danger pour le poisson infesté est l’anémie, ainsi que l’apparition d’infections bactériennes et mycosiques.

La bucéphalose larvaire

Le parasite responsable ne peut pas se développer sans la présence de la moule zébrée. C’est elle qui transmet aux poissons. Le sandre favorise aussi sa propagation. Les principales victimes sont les cyprinidés, qui souffrent de nécroses et d’ulcération rongeant les nageoires, la bouche et les branchies.

Le dactylogyrus

Ce trématode peut entraîner d’importantes pertes dans les populations d’alevin, en s’attaquant à leurs branchies. Le poisson à des difficultés respiratoires et finit par mourir.

L’ichtyophtiriose

Aussi appelé maladie des points blancs, elle infeste la peau, les nageoires et les branchies de nombreux poissons. Due à un protozoaire, elle s’apparente à des taches blanchâtre ( des cellules mortes se développant autour du parasite) disséminées sur la peau. Les poissons tentent de s’en débarrasser en se frottant sur les rochers, puis deviennent léthargiques.

La lernéose

Elle est due à un petit crustacé (la lernée) qui pénètre la peau en se glissant entre les écailles. C’est la porte ouverte à des affections encore plus dangereuses, qui finissent par tuer le poisson qui en est porteur.

La ligulose

C’est une sorte de ténia blanc, long de 20 à 40 mm. Il infeste la cavité abdominale des poissons par l’intermédiaire d’un crustacé planctonique et d’un oiseau aquatique. Ce parasite provoque de nombreuse mortalités.

Les sangsues

Elles se fixent sur les poissons dans le but de sucer leur sang. Mise appart le fait de causer des problèmes d’anémie, elles permettent à des maladies de s’introduire à partir des plaies occasionnées.

Le tournis

Cette maladie causée par sporozoaire touche essentiellement les alevins des truites arc-en-ciel et des truites fario élevés dans les piscicultures. Le parasite qui en est responsable attaque leur oreille interne, mais aussi l’extrémité de la colonne vertébrale, ce qui dérègle le mécanisme de pigmentation de la peau. Les poissons sont pris de tournis, se précipitent en tous sens, faisant même les bonds hors de l’eau, leur queue devient noire, leur crâne et leurs ouïes se déforment, et ils finissent par succomber.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche au toc

Les maladies des poissons: Les maladies fongiques

La branchiomycose

Ce champignon touche les branchies des poissons en créant des marques blanchâtres. Des hémorragies et des nécroses apparaissent et les vaisseaux sanguins finissent par s’obturer. Les poissons malades rencontrent aussi des difficultés respiratoires les incitants à se réoxygéner à la surface de l’eau. Une fois mort, leur corps se décompose très rapidement.

La saprolégniose

Le champignon responsable produit des filaments qui s’ancrent profondément dans le corps du poisson. Il touche les sujets affaiblis et se manifeste par l’apparition de plaques cotonneuses blanchâtres sur les nageoires, les branchies, puis sur tout le corps.

Les maladies des poissons sont-elles dangereuse pour l’homme?

Si vous êtes amené à pêcher un poisson malade, il vaut mieux ne pas le remettre à l’eau. Il vaut mieux tuer le poisson en question pour préserver les poissons non contaminés. La maladie ne va pas disparaître pour autant, mais vous contribuerez à ne pas l’aggraver. En ce qui concerne les risques pour l’homme, ils sont pratiquement nuls, exception faite des poissons porteurs d’un vers parasite, le bothriocéphale, qui peut se transmettre par ingestion, lorsque la chair est mal cuite. Heureusement, il est plus facile de s’en débarrasser que du ténia, car il ne se fixe pas solidement à la paroi intestinale. Les autres maladies sont sans danger, mais quel plaisir y a-t-il à consommer un poisson porteur de germe?

Voilà pour les principales maladies, si vous avez des questions vous pouvez les poser en commentaires. Et n’hésiter pas partager cet article. A bientôt.

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 6
    Partages

3 réactions au sujet de « Les maladies des poissons »

  1. Bonjour,
    Merci pour le partage et pardon pour le dérangement hors sujet :
    Que pensez-vous d’un poisson d’eau froide atteint de “pertes de connaissance” avec tremblements de la tête qui est inclinée vers le bas uniquement lors de ces “crises”? En clapotant la surface de l’eau, il “reprend conscience”, secoue la tête et repart fouiller le sable l’air de rien. Il présente une décoloration des muqueuses de la tête (c’est un poisson rouge qui a 14 ans) avec exophtalmie datant de 2 ans (un traitement du commerce à base de formaldéhyde avait été tenté mais très mal supporté, il est retourné dans la cuve après 2 semaines de quarantaine car se nourrissait bien, depuis il est presque aveugle mais toujours vif et très glouton).
    Je vous remercie par avance pour votre considération.

    1. Bonjour, malheureusement je ne vais pas pouvoir répondre à votre question car je n’ai vraiment aucune idée de ce dont est atteint votre poisson, le mieux est encore de l’amener à un professionnel. Cet article regroupe les quelques maladies les plus courantes chez les poissons d’eau douces, mais mes connaissances sur le sujet reste quand même très réduites, d’autant plus quand il s’agit de poisson d’aquarium et que les maladies peuvent arriver à causes de plein d’autres facteurs.

      J’espère néanmoins que tout va s’arranger et que vous trouverez une solution. A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.