Tout savoir sur la pêche du brochet

Tout savoir sur la pêche du brochet

Dans cet article nous allons nous intéresser à tous ce qui concerne la pêche du brochet et ce merveilleux carnassier. Bonne lecture 🙂 .

La pêche du brochet: Comment pêcher le brochet?

Nom latin : Exos Lucius .

Famille : Esocidés .

Taille : En moyenne de 50 cm à 1 mètre ( jusqu’à 1.50 mètres pour certain spécimen ) .

Poids : En moyenne de 2 à 8 kilos ( jusqu’à 20 kilos pour certain spécimen ) .

Considéré comme le roi des carnassiers de par sa puissance et sa combativité , le brochet peut se rencontrer dans toutes les eaux d’Europe . Il vous sera facile de le reconnaître , avec ces couleurs verdâtre et jaunes ainsi que son corps fusiforme , vous ne pourrez pas le rater . Le brochet est armé d’une redoutable mâchoire de 700 dents ( rien que ça 🙂 ) et c’est un excellent prédateur qui chasse en solitaire , se nourrissant généralement de petits poissons blancs affaiblis ou malade , assurant de cette manière son rôle indispensable dans l’équilibre du biotope aquatique . Il a même était introduit dans certain plan d’eau afin de régulier le développement des espèces  .

Après la ponte qui à lieu dans les zones d’herbiers entre février et avril , il arrive que la femelle ( bien plus grosse que le mâle ) , dévore son partenaire .

Les pêcheurs ont recours à bien des techniques afin d’espérer ramener ce fabuleux carnassier dans leur filets , ils sont toujours à la recherche d’un poisson record et de sensation fortes , tout en restant bien sur , respectueux de leur adversaire .

Les postes et repérages pour la pêche du brochet

Etant un chasseur solitaire , le brochet se tient en général  ,  entre deux eaux , à moins de quatre mètres de profondeur , dans des zones plutôt lumineuses à très faible courant . Il chasse en embuscade et possède plusieurs postes d’affût qu’il occupe en fonction des conditions de lumière , de courant et de température de l’eau .

Tous les obstacles immergés , qui peuvent servir de postes d’affût pour le brochet , sont en général excellents . De cette façon , les branchages morts , les vieilles barques coulées , les grosses pierres qui jonchent le fond , mais aussi les renforcements des berges creusés par le courant ou les petits murets de pierre abritent souvent un brochet qui y trouve un rempart contre le courant .

Les herbiers , les lentilles ou encore les tiges de nénuphars éloignées du bord sont également des postes prisés du brochet , mais en revanche ils vous contraindront à utiliser une barque pour les atteindre .

La présence d’un brochet est généralement signalée par ses propres mouvement  ou bien par ceux des poissons qu’il chasse . Etant donné que  le brochet chasse rarement loin de son poste  d’affût , vous observerez attentivement le plan d’eau et vous devriez trouver de cette façon , le poste idéal .

Une fois l’hiver arrivé ,  le brochet descend vers les profondeurs afin de trouver une eau moins froide , il est à ce moment là peu actif et moins mordeur que durant les autres saisons ,  durant lesquelles il déploie une intense activité de chasse .

Vous ferez preuve comme toujours , d’une grande discrétion lors de vos repérages et de l’installation de votre poste ou de votre partie de pêche en elle-même , car les ondes provoquées par vos pas sur la berge , ou encore votre ombre projetée sur la surface de l’eau peuvent suffire à faire fuir le carnassier ou bien à éveiller sa méfiance .

Les deux meilleures saisons pour pêcher le brochet sont le printemps , immédiatement après la fraie , lorsque les poissons sont épuisés par leurs terribles ébats et qu’ils doivent se refaire une santé , et l’automne , surtout quand l’été a été chaud et que le brochet a passé la canicule à se reposer . La baisse brutale des températures de l’air et de l’eau envoie au brochet un genre de signal qui lui demande de se charger en protéines avant l’hiver . Octobre et novembre sont donc d’excellents mois pour tenter sa chance . Il existe de nombreuses façons de pêcher le brochet . Elles sont toutes bonnes lorsque le brochet a décidé de passer à table .

Le matériel pour la pêche du brochet

Brochet

Ce redoutable carnassier ayant une résistance impressionnante , votre matériel devra être à la fois solide et maniable.

Les cannes pour la pêche du brochet

Au vif au flotteur , vous choisirez une canne puissante et rigide de 3 à 5 mètres en fonction du poste .

Au mort-manié , vous utiliserez une canne à action de pointe de 3 à 3.50 mètres lorsque vous pêchez du bord , et de 2.50 à 2.80 mètres si vous pêchez d’une barque .

Pour la pêche au leurre , vous opterez pour une canne sensible et forte , en carbone d’une longueur de 2.80 mètres. 

Les moulinets pour la pêche du brochet

Au vif au flotteur vous choisirez un moulinet à tambour fixe de type  mi-lourd .

Au mord-manié , le moulinet devra être sensible et fiable tout en étant d’un poids adapté à celui de la canne .

Pour la pêche au leurre , un moulinet classique d’une capacité de 150 mètres de 30/100 muni d’un frein régulier , conviendra parfaitement .

Les Flotteurs pour la pêche du brochet

Au vif , vous prendrez un modèle coulissant , que vous soyez à la ligne flottante ou bien à la ligne posée . Veillez à ce que le flotteur n’empêche pas le vif d’évoluer librement , en choisissant sa forme , son poids et sa portance en fonction de la plombée nécessaire afin d’ obtenir un équilibre parfait .

Les Nylons pour la pêche du brochet

Un nylon fluorescent à faible élasticité d’un diamètre de 24 à 30/100 ( voire même 35 ou 40/100 pour les postes très encombrés ) pour le corps de ligne , que vous pourrez compléter d’un bas de ligne en crinelle d’acier , de 30 à 40 centimètres et d’une résistance de 8 à 10 kilos , afin de protéger le montage des 700 dents très coupantes du brochet . Vous choisirez une crinelle assez souple afin de garder un montage maniable et discret .

Les Plombs pour la pêche du brochet

Pour la pêche au vif au flotteur , une plombée coulissante de 20 à 40 grammes ainsi qu’un plomb d’arrêt sont en général employés , et pour la pêche au mort-manié , une monture avec lest interchangeable fera amplement l’affaire .

Les hameçons pour la pêche du brochet

Les hameçons simples , doubles ou triples lorsque vous pêchez au vif , devront être solide et très piquants afin de bien pénétrer dans la gueule dure du brochet .

Les montures pour la pêche du brochet

Pour la pêche au leurre ou au mort-manié , vous utiliserez des montures Drachkovitch , à la taille adaptée à celle des leurres souples ou des poissonnets .

Le montage pour la pêche du brochet

Au vif au flotteur , vous pouvez réaliser deux types de montages : le montage à la ligne flottante qui permet à l’esche d’évoluer entre deux eaux , et le montage à la ligne posée si vous jugez plus opportun que l’appât repose sur le fond .

Pour le montage à la ligne flottante , vous attacherez le flotteur coulissant sur le nylon issu du moulinet , d’un diamètre de 26 à 30/100 , et vous veillerez à régler le nœud d’arrêt suffisamment bas pour empêcher l’esche de traîner sur le fond . Le flotteur coulissant vous offrira un avantage non-négligeable qui est de pouvoir pêcher relativement profond avec une canne de petite taille .

Vous enfilerez une olive , dont le poids permettra un bon équilibrage du montage , immédiatement suivie d’un émerillon à agrafe , sur lequel sera fixé le bas de ligne en crinelle d’acier d’une quarantaine de centimètres . Vous pouvez aussi utiliser une plombée coulissante si vous pêchez en eaux peu profondes .

En fonction de l’esche et le mode de ferrage choisis , vous terminerez le montage par un hameçon simple , double ou triple .

Le montage à la ligne posée requiert aussi un flotteur coulissant permettant à l’esche de traîner sur le fond , grâce à la position du nœud d’arrêt que vous pourrez déplacer . Vous enfilerez une olive de 20 à 40 grammes , en fonction du courant , en-dessous du flotteur , et vous joindrez le bas de ligne au corps de ligne par un émerillon à agrafe , semblable à celui utilisé pour le montage à la ligne flottante .

Relativement simple , le montage d’une ligne destinée au mort-manié est caractérisé par la plombée en tête au lest interchangeable . Sur un corps de ligne de 30 à 35/100 , la crinelle d’acier sera fixée par un émerillon auquel vous attacherez la monture . Parmi toutes les montures proposées par les fabricants , la monture Drachkovitch est la plus performante .

Lors du maniement de votre poissonnet mort , vous remarquerez que le poids du lest de tête est fort important pour le contrôle de l’esche et qu’il est nécessaire de pouvoir le changer à tout moment , en fonction des évolutions des conditions de pêche .

Vous choisirez une monture équipée d’un hameçon bien adapté à la taille des poissonnets . De façon à rendre la ligne plus attirante , vous pouvez ajouter quelques brins de laine rouge de trois ou quatre centimètres sur chaque hameçon.

Pour le montage de la pêche au leurre , vous fixerez un émerillon à l’extrémité du corps de ligne de 24 à 30/100 , de façon à y attacher la crinelle d’acier , à laquelle sont montées la cuiller ou la monture du leurre souple .

Les esches et les leurres pour la pêche du brochet

Leurres

A la cuillère tournante pour la pêche du brochet

C’est vraiment le leurre du débutant . Il vous suffit d’avoir une bonne canne , un moulinet à tambour fixe comme vu plus haut avec un nylon de 30 voir 35/100 et d’un assortiment de cuillers dont les incontournables Suissex à pompom rouge , les Mepps Aglia et les Lusox . Les cuillers seront précédées d’un avançon (court bas de ligne en acier ou en très gros fluro carbone conçus pour résister aux dents de certains carnassiers )  en métal sur lequel vous aurez parfois enfilé un plomb sabot pour pêcher plus creux . La taille des cuillers pourra varier du n°3 au n°5 et leurs tons seront de préférence argentés ou dorés . La nacre étant tout aussi efficace .

La technique de la cuiller tournante est à la fois simple et efficace . Il vous suffit de lancer devant vous ( à proximité d’un herbier ou d’un arbre immergé , c’est encore mieux ) et de ramener plus ou moins lentement en variant les vitesses mais sans autres manœuvre particulière .

A la cuiller ondulante pour la pêche du brochet

Les mouvements erratiques que vous lui donnerez par de brusques déplacements de la canne lui feront envoyer des éclairs de lumière qui exciteront l’agressivité des brochets . Là encore quelques leurres mythiques tels que les Orkla , les Erkla , les Pixies ou encore les Abu toby feront parfaitement l’affaire . L’ondulante est suffisamment lourde pour qu’il ne soit pas nécessaire de lui adjoindre un plomb sabot . De même , elle travaillera mieux lorsque vous l’accrochez à une crinelle d’acier plutôt qu’à un avançon métallique . La cuiller pourra recevoir un ou deux hameçons triples , l’hameçon de queue pouvant être prolongé par un leurre souple de type virgule pour exciter encore plus la curiosité du brochet .

Au mort-manié pour la pêche du brochet

Le principe de cette pêche est d’enfiler un poisson mort ( l’un de ceux que vous utilisez pour la pêche au vif ) sur une monture composée d’une armature en acier , de deux hameçons triples liés par du fil métallique , l’ensemble étant plombée en tête , et le poissons maintenu sur l’acier de la monture par un fil de cuivre . Il existe plusieurs sortes de montures pour le mort-manié . La plus célèbre est la monture Drachkovitch , du nom d’un pêcheur qui l’avait mise au point pour leurrer les sandres . Le plus de cette monture , est le décentrage du plomb de tête qui augmente les mouvements erratiques du leurre et excite l’intérêt du brochet pour ce poissonnet qu’il croit agonisant .

Le plomb est en général un peu la clé du succès d’une bonne monture à mort manié . Il sera plus ou moins lourd en fonction de la hauteur d’eau et du rythme que vous voulez imprimer à la nage du poisson mort . Car tout repose sur la vie que que vous serez capable de donner a votre monture inanimée .

L’action de pêche consiste donc en une animation de la canne par petits à-coups qui feront nager la monture plus ou moins rapidement . Les débutants ont souvent tendance à ramener leur leurre trop rapidement et se privent ainsi de la touche du bec qui ne se déplace que pour les proies faciles , et ne va s’intéresser qu’aux mouvements lents d’un gardon qui n’a plus vraiment la force de se déplacer .

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Les produits pour la confection d'une amorce

Pour la pêche dans très peu d’eau qui se fait souvent à vue , il vaut mieux éviter de plomber le poisson mort  qui n’en ” planera ” que mieux entre les herbiers .Vous pourrez alors voir le brochet jaillir , parfois sur plusieurs mètres pour aller s’emparer de sa proie .

Au popper pour la pêche du brochet

Une pêche qui peu donner d’excellents résultats , c’est a mon gout la plus spectaculaire , les attaques de ces redoutables prédateurs étant toujours d’une  extrême violence .

Le popper est une sorte de gros flotteur au nez concave , armé d’un ou deux triples hameçons que vous lancerez le plus près possible de ce qui vous semble être un poste à brochet . L’action de pêche est relativement simple : il vous suffit de ramener par à-coups ce leurre flotteur , chaque tirée de la ligne produisant une mini-gerbe d’eau , ou plus efficacement une mini-vague due à la rencontre du nez concave et de la surface de la rivière ou de l’étang . C’est au cours de se lancer-ramener que le brochet va se ruer sur le leurre qu’il aura parfois suivi jusqu’au bateau ou jusqu’à la rive . L’attaque est si brutale qu’il arrive souvent que le poisson rate sa proie notamment lorsqu’il retombe sur le Popper après son saut . N’hésitez surtout pas tenter votre chance une deuxième fois , car  votre adversaire , lui n’hésitera pas à retenter sa chance . Un bon popper mesure entre 5 et 10 cm de long et s’anime à la moindre sollicitation . Notez également que les petits modèles attirent aussi les grosses perches .

Petit conseil :  Ne poppez pas trop fort et surtout observez des pauses de quelques secondes entre les tirées : c’est bien souvent sur un leurre complètement immobile que se produit l’attaque .

Aux leurres de surface pour la pêche du brochet

Elle est assez voisine le la pêche au popper . Il s’agit en effet d’animer , de façon beaucoup plus discrète , un leurre flottant muni de deux voire trois hameçons triples de façon à imiter soit un poisson blessé , soit un petit animal terrestre ( grenouille , caneton , souriceau ) sur lequel le brochet va jeter son dévolu . L’animation peut se faire de plusieurs façons , soit par mini-tirées , suivies de relâchers , soit par la technique dite du ” walking the dog ” , le leurre avançant en surface en effectuant une sorte de mouvement de balancier obtenu par l’effet conjugué du déplacement latéral de la pointe de la canne et de tours de manivelle du moulinet , et ce dans un rythme assez syncopé . Vous verrez plus loin que cette technique est très souvent employée par les pêcheurs de carnassiers marins comme le bar , le tassergal , la carangue , ou le barracuda . Les bons leurres pour le bar sont de bon leurres pour le brochet ( Sammy , Spook , Zipsea , z-claw , etc .. ).

Au vif pour la pêche du brochet

C’est sans aucun doute la plus vieille technique de pêche du brochet . Elle a ses détracteurs qui la jugent cruelle ( elle est même interdite dans certains pays comme l’Allemagne et plusieurs pays d’Europe du Nord ) et ses fans qui ne s’imaginent pas  pêcher autrement .

Les meilleurs vifs à brochet sont les blageons , les gardons , les chevesnes , les rotengles et les ablettes . Goujons , vandoises et carpeaux font aussi l’affaire . Par contre , n’utilisez jamais comme vifs , des poissons étrangers aux eaux dans lesquels vous pêchez . Certains de ces poissons tel que le poisson chat et la perche soleil sont de terribles parasites dont il devient impossible de se débarrasser une fois qu’ils ont commencé à coloniser un plan d’eau . Vous conserverez vos vifs dans une filoche ou bien une goujonnière dont vous devrez changer l’eau régulièrement .

La pêche en elle-même est assez simple . Vous poserez plus que ce que vous lancerez votre vif et attendrez qu’un brochet s’y intéresse . Et vous attendrez parfois longtemps .Mais lorsque qu’un brochet se décide enfin l’attente est récompensé  , car la touche d’un brochet au vif est souvent extraordinaire . Tout d’abord parce qu’elle n’est jamais tout à fait la même , et aussi parce qu’elle produit sur le flotteur un effet de surprise dont vous ne vous lasserez jamais .

Le flotteur peut s’enfoncer d’un coup ou bien partir tout tranquillement en surface . Souvent le vif commence à s’affoler lorsque le brochet lui tourne autour . La première attaque est en général suivie d’une pause , le temps pour le brochet de retourner sa proie dans sa gueule et de repartir pour déguster le vif dans un herbier . Cette attaque en deux temps fait que de nombreux pêcheurs attendent de longues minutes pour ferrer . Ce n’est pas forcément la bonne méthode , pour deux raisons : Si vous attendez trop , le brochet va finir par comprendre que sa prise est accrochée à un fil et tout relâcher ; La seconde et que le poisson risque ainsi d’engamer très profondément le triple hameçon et qu’il sera ainsi condamné même si il s’agit d’un brocheton . Je préfère donc de très loin un ferrage quasi à la touche , ferrage dont l’efficacité sera garanti par l’accrochage du triple hameçon au niveau de la nageoire dorsale ( il n’y a de cette façon pas besoin d’attendre que le brochet ait retourné sa proie pour ferrer ) .

C’est généralement au vif que se prennent les plus gros brochets , a condition bien sur d’utiliser des vifs de taille respectable .

Aux leurres moderne pour la pêche du brochet

Les japonais sont les grands maîtres de la pêche au leurres , ils en ont inventé les grands principes ( animation , situation dans la couche d’eau , formes et décoration ) . Les stars de leurre moderne qu’ils soit dur ou souple , sont donc japonaises comme Seiji Kato ou Gary Yamamoto ou Hiroyuko Sawamura . Leur art a révolutionné la pêche , au point que l’on peut dire sans trop se tromper que 80% des innovations de ces 20 dernières années sont venues de la pêche aux leurres .

La pêche au leurres est donc une pêche dont il est indispensable de connaitre quelques principes qui vous permettront d’utiliser le bon leurre au bon moment et au bon endroit .

Avant toute chose il faut savoir identifier les différentes familles de leurres . Chaque leurre porte sur son emballage une ou plusieurs lettres indiquant sa spécificité .

comme floatting ( flottant ) signifie qu’au minimum à l’arrêt le leurre restera en surface . Cette situation évoluera lorsque vous le mettez en mouvement , la taille de la bavette plastique qui se trouve au bout de son nez indiquant sa capacité à plonger plus ou moins  ( une grande bavette le mettant dans la catégorie des grands plongeurs ) .

comme sinking ( coulant ) signifie que le leurre a une densité étudiée pour descendre progressivement dans la couche d’eau et que si vous ne faites rien , il ira se poser , il ira se poser sur le fond . La façon dont vous l’animerez sera donc très  importante .

SP comme suspending indique que le leurre restera en suspension à quelques dizaines de centimètres sous la surface , et que là encoreencore une fois tout dépendra de la façon dont vous l’animerez .

DD comme deep diving ( grand plongeur )  . Se leurre appartient à la catégorie des leurres à bavette , sauf que la sienne est très longue, ce qui veux dire que plus vous moulinerez vite , plus il descendra . La profondeur pouvant varier en fonction des modèles de 2 à 4 mètres .

Il existe aussi deux autres abréviations qui indique le niveaux d’oscillation latérale .

SR comme slow rolling ( oscillation lente ) .

MR comme medium rolling ( oscillation moyenne ) .

Un très bon leurre ne vous donnera donc pas de grand résultats si vous l’utilisez au mauvais endroit , au mauvais moment . Les actions ne seront donc pas du tout les mêmes d’un leurre à l’autre .

Les lipless : Le plus facile à trouver est le Bill Lewis Rat’L’Trap , avec le dos vert strié de noir et le ventre orange , il saura attirer plus d’un brochet . L’un des plus gros ( 13 cm ) et des meilleurs  pour les plans d’eau très profonds , comme par exemple les grands lacs alpins où les gros brochets sont nombreux , est le Lucky Craft LVR D-30 RT . Dos bleu ,  ventre orange et jaune . Le LVR D-15 est lui aussi excellent . Il peut arriver qu’une récupération rapide décide le brochet à attaquer . Moulinez donc le vite possible , en gardant la canne basse .

Les crankbaits : Les DD Cherry en blanc est un très bon leurre surprise car sa petite taille vous permettra d’attirer l’attention , aussi bien des perches que des brochets et aussi parce qu’il est idéal pour un débutant puisqu‘il suffit de mouliner sans à-coups en le laissant travailler tout seul . Le D Cherry avec une bavette plus courte est lui aussi très bien .

Lucky Craft Fat CB : De couleur rouge zébré de noir avec des vagues dessins de pattes d’écrevisse peintes sur la palette est tout aussi efficace en en lac qu’en rivière . Comme tout crankbaits qui se respecte , c’est un leurre flottant dont la nage profonde est due à la longueur et à l’orientation de leur bavette . Le Smith Dephty Do Max dont la particularité est de redescendre très rapidement à sa profondeur maximale , qui est d’environ 4.50 mètre , est lui aussi un très bon leurre . Les crankbaits ont la particularité de pouvoir se dégager tout seul des obstacle grâce à leur flottabilité . Ils ont tendance à toucher le fond en permanence , se qui est tout à fait normal . Lorsque le fond est rocailleux , n’hésitez pas à opter pour un modèle dont la profondeur de nage est supérieur à la profondeur du poste à pêcher . De cette façon le leurre s’arrête , recul , bute contre les pierres etc .. se qui va certainement déclencher les attaques d’un prédateurs .

Le spinnerbaits : Pour faire simple c’est un mélange entre une palette de cuiller et un leurre , généralement un jig , sorte de jupette en gros fils élastiques de couleur qui cache un hameçon simple de bonne taille . Je précise que la jupette est précédée d’un plomb plus ou moins lourd ( entre 6 et 30 grammes ) peut être remplacée , voire accouplée à un leurre souple . L’ensemble produit un effet incomparable sur les brochets et présente le simple avantage de juste devoir lancer et ramener pour que le spinnerbait soit efficace  . Pour les modèles vous pouvez jeter un œil  du coté de cela :

L’ OPS Typhoon 28 grammes à la double palette argentée assortie d’un jig dans les gris avec une tête aux gros yeux et le Lucky Craft RV s 150 , plus léger pour pêcher dans moins de 3 mètres d’eau dont les palettes sont dorées et le jig jaune assorti d’un leurre souple .

Les leurres souples pour la pêche du brochet

C’est sans doute le meilleur moyen de pêcher au leurre sans vous ruiner . Les leurres souples sont eux aussi une autre révolution de la pêche . Ceux que vous pouvez utiliser pour le brochet sont enfilés sur une tête lestée parfois prolongée d’un hameçon triple grée sur un fil d’acier . Ont peu aussi ajouter sur certains de ces leurres divers accessoires comme des montures à poissons morts ou encore des montages texans .

Il y a deux éléments à respecter avec ses leurres . Le dessin et la densité .

Le premier définira l’amplitude de la nage qui sera plus ou moins vibrante et voyante , en fonction d’une caudale ( partie inférieur ) ou pas .

La densité d’un leurre est elle aussi décisive pour son efficacité . Il en dépend grandement de l’équilibre de la nage et aussi le fait que le brochet le garde plus ou moins longtemps dans la gueule , surtout lorsque le leurre est imprégné de sel ou d’attractant .

Le Swamura One Up Shad pour la pêche du brochet

C’est un leurre qui fonctionne très bien pour le brochet ( couleur rouge ) mais aussi pour le sandre ( couleur chartreuse ) . Il nage bien à plat à toutes les vitesses , et cette stabilité s’explique par une densité supérieur à celle de l’eau . Il sera d’autant plus efficace si vous ajouter à la tête plombée un triple hameçon relié à un bout de crinelle qu’il suffira d’enfiler au moyen d’une aiguille à locher .

Le Big Hammer pour la pêche du brochet

Très efficace , et surtout en grande taille , sa caudale sur laquelle est gravé le lettre H vous permettra de l’identifier à coup sûr . Il se voit de loin , ce que les brochets apprécient parfois .

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche de l'amour blanc

Le Lunker City Shaker pour la pêche du brochet

Egalement très apprécié des brochets et des sandres , sa couleur , mélange de citron et de chartreuse , séduira plus d’un carnassier .

Le Savagear Alien Eel pour la pêche du brochet

Mélange de twist et de swimbait , ce leurre  noir à queue rouge de 20 centimètres saura attirer de beau client . Variez la vitesse de récupération .

Les Twists pour la pêche du brochet

Ce sont les premiers leurres souples et ils n’ont rien perdu de leur efficacité . Tout comme les autres , leur nage et leur attractivité dépendent avant tout du mouvement de leur caudale et de leur densité . Ils s’emploient avec des têtes classiques ou des montages texans . Les meilleurs sont souvent ceux de Gary Yamamoto , surtout dans les coloris bleus . Les twists peuvent aussi être associés à d’autres leurres et cuillers ( ondulantes , spinnerbait etc .. ) .

Les bestioles pour la pêche du brochet

Les leurres souples peuvent aussi imiter les petits animaux vivant dans l’eau . Les principales étant les écrevisses que vous pouvez trouver dans toutes les tailles et les coloris . La longueur des imitations de pinces décidant de l’ampleur des mouvements de nage . Un petit conseil , avec les écrevisses  et ce quelque soit le montage , pêchez bien à fond et le plus doucement possible ; un petit coup sec du scion devant être suivi d’une longue pause durant laquelle se déroulera généralement l’attaque . La grenouille fait également l’objet de nombreuses imitations et s’anime en surface . La Zoom Horny Toad est l’une des plus efficaces . Elle s’utilise avec un montage texan .

L’action pour la pêche du brochet

Pour la pêche au vif au flotteur , lorsque vous décidez de procéder à un ferrage différé , je vous conseille une batterie de trois canne .

Lancez vos lignes sur votre coup , en laissant un maximum d’espace entre elles , et posez-les sir leur support individuel . Si vous avez opté pour le ferrage immédiat , veillez toujours à avoir toutes vos cannes à portée de main , et n’en conservez qu’une seule si vous craignez que les lignes ne s’emmêlent . Lorsque le plan d’eau est calme , positionnez vos cannes horizontalement , mais relevez-les légèrement si vous êtes confronté au courant . En fonction se si vous pêchez à la ligne posée ou à la ligne flottante , il y aura certaine spécificités .

Lorsque vous pêchez à la ligne posée , après avoir lancé , tendez votre ligne , ouvrez le pick-up du moulinet en veillant à maintenir votre nylon tendu , desserrez complètement le frein et attendez la touche . Lorsque celle-ci tarde, ramenez vos lignes de quelques mètres ou laissez- les dériver au gré du courant de façon à accroître votre surface de prospection et d’attirer l’attention du brochet . A la touche , récupérez l’excédent de bannière , et ferrez fermement et d’autant plus amplement que votre ligne est éloignée .

A la ligne flottante , sondez le poste avant de lancer vos lignes afin de régler votre flotteur de manière à ce que le vif évolue entre deux eaux ; vous pouvez également commencer à prospecter la surface de l’eau et descendre progressivement vers le fond . Lancez ensuite vos lignes et ouvrez le pick-up de vos moulinets , en coinçant le nylon à la canne par un petit élastique ou par le stop-fil du moulinet , afin d’éviter que le courant ne l’entraîne trop loin du coup , puis placer les cannes sur le support . A la touche votre ferrage dépendra de votre montage , ce que nous verrons un peu plus loin .

A la ligne flottante comme à la posée , changez régulièrement les vifs , afin de présenter au brochet une esche toujours active , et relevez régulièrement vos lignes pour vérifier que le vif ne les pas emmêlées .

De par son animation permanente , la pêche au mort-manié vous obligera à n’utiliser qu’une seul canne . De la berge ou bien d’une barque , c’est le maniement de votre esche qui décidera le brochet à attaquer ou non . Vous devrez veiller avant tout , de bien faire évoluer montage entre deux eaux car c’est en général à des profondeurs intermédiaires  que se tient le poisson . Le brochet ne se lance que très rarement à la poursuite de ses proies et préfère en laisser échapper une et en attendre une autre moins rapide . C’est pour cela que l’animation de votre ligne devra être lente et régulière , même si quelques coup de poignets permettront de donner un peu de vie et de naturel à votre esche .

Une fois votre ligne lancée , laissez descendre l’esche jusqu’au fond en gardant toujours le contrôle , puis remontez doucement votre montage , laissez-le redescendre et répétez l’opération en maintenant la ligne tendue de façon a  sentir la moindre touche que vous sanctionnerez par un ferrage instantané et énergique .

Quand vous pêchez au leurre , maintenez votre canne haute après le lancer et récupérez quelques centimètres de nylon afin d’obtenir un contact direct avec le leurre , puis abaissez votre canne afin de mieux contrôler la ligne . L’animation propre de votre leurre dépend ensuite de sa forme , mais la plupart du temps , vous devrez effectuer des mouvements relativement lents . Ce sont essentiellement vos sensations qui guideront l’animation . La touche , qui se traduit en général par un arrêt net du leurre , doit être immédiatement suivie d’un ferrage ferme . Lorsque vous repérez un brochet qui semble s’intéresser  à votre leurre sans pour autant l’attaquer , ralentissez vos mouvements ou laissez-le redescendre et interrompez se descente par un petit coup de poignet , cela excitera sans doute l’agressivité de votre adversaire .

Dans tous les cas , animez votre ligne jusqu’à la berge , c’est parfois au bord que le brochet se décide à mordre .

Durant votre combat avec le poisson , lorsque vous êtes sûr qu’il a engamé l’hameçon , soyez ferme , évitez de perdre du fil et de laisser votre adversaire regagner ainsi un poste encombré . Lorsque vous pêchez d’une barque , le brochet filera sans doute se réfugier sous la coque . En maintenant le contact , votre scion baissé , et en récupérant votre nylon dès que possible , laissez-le en sortir seul afin d’éviter la casse .

Durant votre partie de pêche , si vous remarquez la présence d’un brochet en activité au-delà de votre coup , remontez votre ligne et lancez-la immédiatement sur son lieu de chasse ; l’arrivée de votre montage de l’effraiera pas et , si votre animation est adaptée , vous devriez le piquer rapidement .

Certaines personnes sont parfois effrayés rien qu’à l’idée de prendre un brochet à la main et craignent sa puissante mâchoire . Vous pouvez le déplacer à l’aide d’un morceau de bois , que vous lui mettrez dans la gueule ; le brochet devrait le mordre tellement fort que vous n’aurez aucun mal à le porter et à le déplacer à votre guise .

Lorsque vous aurez sorti votre première prise changez de poste . Le brochet chasse en général seul , et il est rare que deux poissons se trouvent au même endroit . Vous pouvez en revanche , revenir sur le coup quelques jours plus tard , il y a fort à parier qu’un nouveaux venu occupera les lieux .

Le pater noster pour la pêche du brochet

Peut importe le plan d’eau dans lequel vous pêchez , la technique du pater noster est idéale pour prospecter les trous et les herbiers tout en limitant les risques d’accrochages . Le concept est simple , il s’agit de monter le bas de ligne en dérivation , en amont de la plombée qui repose sur le fond . Cette technique permet au vif d’évoluer sans devoir supporter le poids du lest .

Pour le montage , vous utiliserez un émerillon triple fixé au corps de ligne , d’un diamètre de 24 à 30/100 , et au quel seront fixés le bas de ligne , en crinelle d’acier ainsi que la plombée , au bout d’un nylon d’une cinquantaine de centimètres .

Le vif sera monté pour un ferrage immédiat et vous devrez resté attentif à la ligne car la touche se fait parfois discrète.

Le mode de ferrage pour la pêche du brochet

Brochet

Si vous pêchez à partir d’un poste dégagé , vous pouvez choisir de monter votre ligne pour un ferrage différé , vous serez alors assuré d’un engamage profond de la part de votre adversaire et la partie sera presque gagnée . Des hameçons simple ou bien doubles sont en général utilisés . A la touche , vous laisserez le fil se dévider de façon a ne ferrer qu’au deuxième départ du brochet .

Quand vous pêchez à partir d’un poste encombré et que vous craignez que le poisson ne regagne une cache d’où vous ne pourrez plus le sortir , vous opterez alors pour un montage à ferrage immédiat , vous utiliserez donc des hameçons triples . A la touche , prenez votre canne en main , fermer le pick-up du moulinet , récupérer l’excédent de bannière , la canne en position horizontale , puis ferrer fermement dès que vous serez en contact direct avec votre ligne .

De moins en moins de brochet

Depuis quelques années , le brochet disparaît progressivement des eaux de France . Cette diminution de l’espèce provoque l’inquiétude de beaucoup de personne , dont les écologistes qui craignent que la régulation des populations cyprinicoles ne soit plus effectuée naturellement par ce carnassier .

L’explication la plus logique , semble être la population croissante , qui nuit à la reproduction satisfaisante de l’espèce . La femelle doit en effet choisir une zone de frayère très saine et la ponte exige des conditions écologiques très strictes . Les œufs doivent être pondus au milieu des herbiers  sur lesquels ils se fixeront et qui offriront aux alevins une protection contre les agressions du biotope .

D’autre part , en lac de barrage , les variations de débit dues aux lâchers d’eau fréquents provoquent trop souvent la destruction des œufs d’une ponte annuelle anéantissant ainsi la reproduction de l’espèce pour l’ensemble du plan d’eau .

D’autres raisons peuvent aussi expliquer la disparition du brochet , tel que la mauvaise adaptation de la législation aux nouvelles réalités de l’espèce et les difficultés de l’ésociculture  ( élevage des brochets ) qui impose certaines contraintes difficiles à gérer .

En effet les alevins ne se nourrissent que des proies vives , contraignant ainsi leurs éleveurs à produire du plancton ; mais au-delà d’un certain age , la promiscuité pousse les poissons à s’entre-dévorer . Même les élevages “réussis” sont parfois réduit à néant lorsque les introductions dans le milieu naturel de jeunes brochets d’élevage ne sont pas effectuées dans des conditions satisfaisantes , en effet les brochetons lâchés massivement dans un même plan d’eau souffrent rapidement d’un manque de nourriture et en arrive vite à se dévorer entre eux , à moins qu’ils ne se piquent à l’hameçon d’un pêcheur peu scrupuleux qui , malgré la petite taille du poisson , ne le relâchera pas .

En conclusion voici l’essentiel de se qu’il faut retenir sur la pêche du brochet.

  • Le brochet se déplaçant peu , ne négligez pas le travail de repérage .
  • Optez pour un matériel fiable et solide .
  • Lorsque vous choisissez un bas de ligne en crinelle d’acier , celui-ci doit être souple et discret .
  • Pensez à utiliser des esches d’une quinzaine de centimètres si vous voulez augmenter vos chances de piquez un adversaire de belle taille .
  • Soyez toujours bien attentif durant votre partie de pêche les touches peuvent parfois être discrètes , et ce quelque soit la taille du poisson .
  • Je vous rappel que les dents du brochet sont très dangereuses , prenez donc garde .

Et vous quelles techniques utilisez-vous pour la pêche du brochet ? J’attends votre réponse dans les commentaires . Partagez l’article si il vous a plus et surtout bonne pêche 🙂

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 67
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.