La pêche de la truite au vairon manié

La pêche de la truite au vairon manié

Comment bien débuter la pêche de la truite au vairon manié?

Parmi toutes les techniques permettant de pêcher la truite, si il y en a bien une que j’ai retenu c’est celle-là. A mon humble avis, la pêche de la truite au vairon manié est la meilleur méthode pour espérer séduire les plus grosses truites. C’est une pêche itinérante, adapté à tout type de cours d’eau, qui peu également être pratiqué en lac de montagne. Regardons plus en détail comment pratiquer la pêche de la truite au vairon manié.

Le vairon est le repas favoris de la truite. En effet, ce cyprinidé est présent en abondance toute l’année et sa taille, bien supérieur aux autres proies habituelle de la truite, en fait une proie privilégier. Le rapport entre l’énergie dépensé pour l’attraper et celle pour l’ingérer est très avantageux pour la truite, c’est pour cela qu’il est le meilleur appât pour la séduire.

Le matériel pour la pêche de la truite au vairon manié

Etant donné que vous serez amené à toucher de beaux spécimens, vous devrez vous équiper d’un matériel résistant, mais se n’est par pour autant que cette technique manque de finesse. Vous devez présenter le vairon dans les meilleurs conditions possible et cela passe par deux éléments: La transmission des animations données par le poignet à la monture et le ressenti du milieu dans lequel elle évolue ( roche, fond sableux etc..).

Commençons par la canne, celle-ci doit être raide et avoir une longueur comprise entre 2.70 et 3.40 mètres ( 2.70m pour les ruisseaux, 3m pour les rivières moyennes et 3m40 pour les larges cours d’eau). Vous trouverez des modèles divers et varié dans le commerce, dans un gamme de prix entre 30 et 150 euros. La différence de prix viendra essentiellement de la sensation avec laquelle vous ressentirez votre monture. La canne devra avoir un porte moulinet assurant le bon maintien de celui-ci, elle devra également posséder 7 anneaux pour un modèles de 3 mètres et une puissance comprise entre 5 et 20 grammes.

Le moulinet, sera de type lancer léger ( 250-300 grammes) avec un frein progressif et devra obligatoirement avoir une vitesse de récupération d’au moins 65-70 cm par tour de manivelle. Il faudra vérifier l’équilibre avec la canne de façon à ne pas fausser l’action de celle-ci.

Le moulinet sera garni d’un nylon de qualité en 20/100 de couleur fluo ou non. Le fluo permet une très bonne visualisation de l’emplacement de la monture, ce qui sera déterminant au moment de ferrer. Il est aussi possible d’utiliser de la tresse pour les sensations qu’elle procure,en effet la tresse est idéale pour bien sentir la touche, la tresse 8 brins est idéale pour sa finesse ainsi que sa capacité à ne pas gêner l’animation de la monture.

Pour le bas de ligne, il sera transparent et d’une longueur comprise entre 40 et 80 centimètres, relié au corps de ligne avec un émerillon baril. Le diamètre sera de 18/100 en début de saison, puis 16/100 à partir d’avril, pour finir en 14/100. Même lorsque l’eau est large, je ne conseil pas de descendre en dessous de ce diamètre car le risque de casse au ferrage ou sur le rush d’un beau spécimen est trop grand. Pour les hameçons, optez pour des triples bronzés ou noir n°8 à 12, évitez les triples rouge ou brillant les truites n’en sont pas fan.  N’oubliez pas non plus votre épuisette, qui sera petite et pliable.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche à la tirette

Parlons maintenant de l’indispensable monture, il en existe plusieurs qu’il est possible de classez en trois catégories: Celle à plombée interne, celle à plombée externe en tête et les mixtes combinant les deux premières.

Les premières sont plutôt bien adaptées au zone à fort courant ou profonde, comme un monture drakovitch par exemple, et permettant de prospecter près du fond. Les montures à plombée interne tel que la Plasseraud conviennent particulièrement bien au zone de faible ou moyen courant et peu profond.

Les mixtes, (monture Lady), qui ont pour avantage de pouvoir changer la chevrotine de tête et sont ainsi adaptables à plusieurs postes en ayant l’évolution douce des plombées internes et sans devoir remonter un vairon. Avoir une monture adapté à l’endroit où vous pêchez est donc très important. N’allez donc pas croire que vous pouvez pêcher tous les types de postes avec le maximum d’efficacité avec une seul et même monture.

Lorsque l’on débute la godille est un bon choix, car celle-ci possède un petit disque en rhodoïd donnant au vairon une nage frétillante très attractives en le ramenant simplement plus ou moins lentement.

Cependant d’autres monture sont très intéressante, tel que:

Les montures Ariel, qui ont pour caractéristique principal de contenir la majorité du lest dans le poisson, le bas de ligne est inséré dans le poisson par l’anus, passe à travers la monture et ressort par la gueule, le disque de plastique jouera le rôle d’une bavette de poisson nageur et fera frétiller la queue du vairon en imitant un de ses congénères vivant.C’est une monture faire à l’origine pour pêcher les lisses et exploiter un maximum de terrain. Assez pénible à mettre en place, vous aurez besoin d’une aiguille à locher afin de passer la bas de ligne à l’intérieur du vairon.

 Le montage pour la pêche de la truite au vairon manié

Commencer par enfiler l’aiguille à travers le vairon, de la bouche vers l’orifice uro-génital, puis passer la pointe du bas de ligne dans le chas de l’aiguille ( une godille aura était placé sur le nylon au préalable), et faite ressortir le tout du vairon. Il suffit simplement de nouer un petit triple ( taille 8 à 14 en fonction de la taille du vairon) puis d’enfoncer la godille dans la gueule du vairon et de planter dans la tête les deux petits crochets maintenant bien en place le vairon sur la monture. Pour éviter que votre vairon se tasse et est l’air recroquevillé, il suffit d’insérer en force la pointe d’un cure dent dans le trou axiale de la godille. Lorsque vous donnerez un petit coup de scion, la force qui s’exercera s’appliquera au niveau de la tête de la godille est non plus au niveau du triple.

L’animation pour la pêche de la truite au vairon manié

Vairon

Avant toute chose, vous devrez faire preuve d’une grande discrétion, la truite est un poisson peureux qui n’aime pas les mouvements brusques et une fois dérangée elle ne mordra plus, il est donc très important de ce déplacer lentement. Les lancers eux aussi devront être discrets, en amont du poste visé de manière à ce que le vairons passent sur le poste avec le plus de naturel. Vous remarquerez que les touches se font très souvent au ras du fond et que parfois une truite peux suivre votre monture jusque devant vous avant de mordre.

La discrétion vaux aussi pour votre matériel évitez donc les cannes et habits de couleur “flashy”, car il vous arrivera certainement de devoir poser votre monture devant une truite posté contre une souche ou autre obstacle.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Top 7 des meilleurs leurres pour le black bass

Les types de lancer conviennent tous, mais le revers et le balancé permettent cependant, une arrivée plus discrète de la monture dans l’eau.

Pour faire très simple un rivière, comporte une zone central de courant, et deux zones latérales plus calmes. En général à l’ouverture, les truites se postes en plein centre et au plus profond de la partie de la rivière si cette dernière n’est pas en crue. Vous pouvez donc commencer en pêchant plein amont ou 3 quarts amont en fonction du lieu. Lancez au centre de la rivière et laissez dériver votre vairon canne haute en le soutenant, puis moulinez lorsqu’il ne reviens plus. Une fois que vous avez exploré la veine d’eau principal passé au coté le plus proche avec la même méthode, puis l’autre coté avec des lancers en éventail en cherchant à envoyer votre vairon au ras de la berge opposée.

Ici c’est la dextérité du poignet du pêcheur allié à sa créativité qui va faire vivre le vairon et lui faire adopter l’attitude d’un poissonnet, à l’agonie ou malade. Pour cela il faut enchaîner des séries de tirées/lâchés d’amplitude variée, changement de direction, des accélérations et des ralentissements ou des tremblements etc… Lorsque vous débutez c’est geste ne sont pas simple à exécuter, mais au bout de quelques sorties vous y arriverez sans problème et pourrez vous concentrer sur l’approche des postes. Plus l’animation sera variée, plus vous aurez de chance de faire mordre une truite, car vous augmenterez la probabilité de trouver le comportement qui lui plaira.

Le ferrage doit être ferme et rapide car si la truite à le temps de mâcher elle se rendra vite compte du piège, et il est plus facile pour un poisson piqué au bord de la gueule de ce remettre de ses émotions, après avoir était relâchée. Si jamais les truites ne veulent vraiment pas mordre, n’hésitez pas à bien insister sur le poste en question où vous pensez qu’elles se trouvent. Elles finiront par attaquer par pure réflexe d’agressivité afin de chasser l’intrus qui les dérange.

La pêche de la truite au vairon manié vous obligera à pêcher différemment, plus calmement, en analysant les courants, postes et autres… Cette pêche est vraiment très intéressante, car vous devrez vous adapter,  réfléchir,  changer de monture en fonction des postes etc.. Vous deviendrez un bien meilleur pêcheur de jours en jours, en pratiquant régulièrement et sérieusement bien sur 😉 . Et vous, avez-vous déjà pratiqué la pêche de la truite au vairon manié?

En complément de cette article je vous recommande d’aller voir cela:

Cliquez ici pour voir l’article sur la pêche de la truite. 

Cliquez ici pour voir l’article sur les meilleurs postes à truit

Bien sur n’hésitez pas à laisser un commentaire, et à partager l’article si celui-ci vous a plu. A bientôt.

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 15
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.