Tout savoir sur la pêche au vif

Tout savoir sur la pêche au vif

Comment bien débuter la pêche au vif?

La pêche au vif , est l’une des techniques les plus efficace pour pêcher les carnassiers. Elle se pratique à la ligne flottante, mais aussi à la plombée. Cette technique de pêche traditionnelle a connu de multiples évolutions, mais elle reste une valeur sûre.

Tous les carnassiers mordent au vif, le brochet, le sandre, le silure, et le black-bass, mais aussi la perche, la truite et l’anguille.

L’action pour la pêche au vif

La pêche au vif est certainement l’une des des techniques les plus efficaces pour séduire les gros carnassiers. Cette pêche traditionnelle existe depuis des années, et a connu de nombreuses évolutions qui en font aujourd’hui une méthode très attrayante.

Pêcher au vif depuis un poste fixe

Lorsqu’elle est pratiquée à poste fixe, la pêche au vif consiste à placer une ou plusieurs lignes, flottantes ou à fond, sur des postes susceptibles d’abriter des carnassiers.

A la ligne flottante

Vous devez tout d’abord régler votre flotteur de manière à ce qu’il travaille à la bonne profondeur. Généralement, le vif évolue le plus souvent entre deux eaux pour le brochet ou la perche, près du fond pour le sandre et le silure; mais il arrive bien souvent que les carnassiers aient des comportement imprévisibles. Idéalement vous vous adapterez, en n’hésitant pas à modifier la profondeur de pêche si aucune touche ne se manifeste.

A la plombée

La mise en place de la ligne est encore plus simple. Il vous suffit de la lancer à bon poste, de tendre la bannière et d’attendre la touche qui se manifeste par un départ: la ligne est entraînée par le poisson qui s’est emparé de l’appât. Pour pratiquer cet pêche, il est tout a fait possible d’employer un matériel similaire à celui de la carpe (supports de canne, écureuils, détecteurs de touche….), avec des montages et appâts appropriés, s’en oublier que le brochet à des dents tranchantes. Lorsque votre ligne lui est spécialement dédié, vous pouvez utiliser un avançon en acier.

Pêcher au vif de manière itinérante

La pêche au vif peut tout aussi bien être active. Vous vous déplacerez beaucoup pour prospecter les postes. Le matériel se limite donc au strict minimum: une canne légère, un sac à dos pour emporter de quoi monter les lignes, une épuisette et un sceau dans lequel conserver les vifs.

A la ligne flottante et à la sondée

Contrairement à ce que certaines personnes croient, les montages ne sont pas seulement des lignes flottantes. Une technique efficace consiste à promener une ligne plombée, comme s’il s’agissait de sonder le fond.

Cette méthode, que l’on appelle la “pêche à la sondée”, est performante pour tenter les carnassiers (particulièrement les brochets) qui se cachent dans la végétation, près des obstacles, ou se tiennent dans les profondeurs. Les chances de captures se trouvent multipliées, car de nombreux postes peuvent être prospectés rapidement et le pêcheur provoque les carnassiers jusque dans leur antre; Il n’attend pas qu’il se décide à chasser. L’intérêt de cette pêche tient aussi aux émotions qu’elle procure.

Un poisson pris de cette manière se défend ardemment et il y a plus de risque de voir sa ligne entortillé sur les bois immergés ou les rochers. La grande difficulté de la sondée n’est pas de toucher un carnassier, mais de l’empêcher de se caler dans sa tanière après s’être emparé du vif. Pour y parvenir , employez des montages à ferrage rapide.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche du corégone

La tirette

Une autre technique permet de présenter un vif sur le fond de manière active: c’est la pêche à la tirette. Elle se pratique avec une canne à lancer et consiste à travailler une ligne,lestée d’un plomb sabot ou bâton, d’une balle nickelée ou de chevrotines montées en dérivation, sur un poste présumé, en la ramenant par tirées successives. Le vif est esché sur un hameçon simple, sur un triple, ou sur un tête flottante qui permet de faire évoluer au-dessus du fond.

Ouvrez les yeux

Nature

La nature peut vous donner de précieuses informations, si bien sur vous savez les interpréter. Voici quelques indices à ne pas négliger concernant la perche et le brochet.

Perche et brochet ne chassent pas de la même façon. Lorsqu’un banc de poissons ou d’alevins fuit à la surface de l’eau en formant un éventail, le brochet est passé à l’action. Lorsqu’un seul poisson bondit hors de l’eau, c’est la perche qui opère. Dans les deux cas, n’hésitez pas à provoquer le prédateur en plaçant une ligne sur son aire de chasse . S’il n’a pas réussi à capturer sa proie , il ne manquera pas de se consoler avec votre appât.

En été, le brochet aime à se faire dorer au soleil. On le voit alors près de la surface. La position de son corps donne des indications sur ses dispositions du moment. S’il est orienté vers le bas, tête la première, et que de petits poissons n’hésitent pas à s’approcher de lui, il est en position de repos. Il digère probablement une proie. Difficile dans ces conditions de l’incitera mordre. Si sa tête est dirigée vers le haut, la brochet n’attend qu’une seule occasion pour se lancer à la poursuite d’une proie. Un vif présenté dans les parages a toutes les chances de l’intéresser.

La liste des principaux vifs

Tous les poissons sont susceptibles de servir de vifs, sauf les espèces protégées par la législation, comme la vandoise, ou ceux de taille non réglementaire. Il n’empêche que chaque carnassier a ses préférences. Voici un aperçu de leurs repas.

Le silure

Le silure apprécie les gros vifs, en particulier la tanche, l’anguille, la carpe, la brème (bordelière ou franche) et le carassin.

La truite

La truite se délecte de l’ablette, du vairon et du goujon, de même que des chabots, mais ces derniers sont protégés.

Le sandre et le black-bass

Ces deux carnassiers consomment le gardon, l’ablette, le goujon, le vairon, la brémette, la perchette, et le petit chevesne. Une autre friandise qu’apprécie le black-bass: le poisson-chat. Mais ce vif est interdit, il ne doit pas être remis à l’eau, même s’il est tenu en laisse au bout d’une ligne de pêche.

La perche

La perche apprécie les alevins de tous les poissons et n’hésite pas à s’attaquer à des poissonnets, sa bouche étant large.

L’anguille

L’anguille se nourrit du vairon, du goujon, du petit chevesne, du gardonneau, ou encore de l’ablette.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Anatomie et physiologie des poissons

La plupart des carnassiers s’intéressent au vairon. Vous pouvez en piquer un par le museau ou en escher plusieurs en grappe. Cette dernière méthode fait des merveilles pour pêcher le brochet et le sandre.

Choisir les bons postes pour la pêche au vif

Le brochet

Le brochet se tient près des herbiers ou des obstacles ( bois, souches, rochers….), dans les reculées et à l’entrée des tributaires. Ainsi, il peut monter la garde et bondir sur tous les poissons qui s’y aventurent.

Le sandre

Le sandre est plus difficile à localiser, étant donné qu’il est plus actif. Ils se tient dans les profondeurs, près des arbres immergés et des rochers, le long des parois, mais aussi dans la pleine eau.

Les postes à silure

Ils se trouvent à proximité des remous, des berges ou des obstacles, les fosses, les cassures sur le fond… En hiver, il se réfugie dans les profondeurs, mais sa capture devient alors aléatoire.

La perche

La perche se cache souvent le long des parois des piles de pont et des quais, ou dans les herbiers. Elle circule beaucoup le long des berges, mais il lui arrive aussi de gagner la pleine eau pour chasser.

Le black-bass

Le black-bass occupe des postes variés, mais il est fréquent de le voir “en planque” sous les feuilles de nénuphars ou d’autres végétaux, à l’affût d’une grenouille imprudente. Il aime aussi se tenir dans les entrelacs de bois noyés et les couloirs d’herbiers.

La truite

La truite se poste en bordure du courant, là où elle peut s’attaquer à des proies de passage, derrière les rochers, près des chutes d’eau , dans les fosses profondes et les trous.

L’anguille

Les anguilles occupe les profondeurs, de préférence les postes encombrés où elle se réfugie toute la journée. Ce n’est que le soir qu’elle sont vraiment actives .

En complément de cet article vous pouvez aller voir celui sur la même technique mais depuis une embarcation.

Bien que cet technique puisse paraître barbare pour certain , la pêche au vif est une technique qui vous permettra néanmoins de séduire de beau spécimen , une fois que vous saurez dans quels postes et avec quels vifs les chercher .

J’espère que cet article vous a apporter ce que vous recherchez, si vous avez des questions n’hésitez pas à les poser dans les commentaires je me ferais un plaisir d’y répondre 🙂 . Vous pouvez aussi partager cet article si il vous a plu. A bientôt.

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 72
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.