QU’EST CE QU’UN ECHOSONDEUR .

QU’EST CE QU’UN ECHOSONDEUR .

L’ECHOSONDEUR .

échosondeur

Loin d’être indispensable lorsque l’on débute , un échosondeur reste tout de même un allié redoutable , je tiens donc à en parler brièvement .

Un échosondeur est un appareil électronique constitué par un module d’affichage embarqué couplé à une sonde. L‘échosondeur mesure la profondeur, affiche le relief sous-marin, indique la nature du fond, la présence et la position des poissons, la température de l’eau, les thermoclines, … Bref il est plutôt utile .

C’est en quelque sorte , le nouvel œil du percheur , une nouvelle façon de pêcher a vue , de voir le poisson dans ses repaires les plus intimes , pour pouvoir lui glisser un leurre sous le nez . A la base l’échosondeur a été créer pour lutter contre les sous-marins durant la guerre , puis il a été adapté pour les pêcheurs professionnels , pour ensuite devenir l’accessoire indispensable des pêcheurs de loisir en bateau ( des modèles pour la pêche du bord existe aussi) .

L’échosondeur est souvent associé , dans une centrale de navigation , à une carte marine et à un GPS qui permettent au pêcheur de se créer un véritable carnet d’adresse de ses bon coins en les enregistrant sous forme de « way point » que sa navigation future pourra retrouver au mètre près .

 

Comment fonctionne un échosondeur ?

Les échosondeur fonctionnent à la manière du sonar utilisé par les cétacés ( l’une des espèces de mammifères marin ,tel que la baleine ) . La sonde envoie des ultrasons et l’appareil analyse les retours . Les forts retours sont ceux renvoyés par les surfaces dures ( roches , métal , bois dur ,etc …) mais aussi par l’air et les substances gazeuses .

Le délai de retour des échos permet a l’appareil de déterminer la profondeur . Ainsi donc , l’image produite en continu à l’écran arrive à reconstituer la nature du fond et l’évolution du relief . Si des poissons se trouvent dans le champ couvert par la sonde , ils seront matérialisés par des formes plus ou mon allongées .

Avec les écrans en couleur , leur vessie natatoire ( organe des poissons osseux, déterminant la profondeur à laquelle le poisson flotte dans l’eau ) emplie de mélange gazeux ( c’est ce qui les maintient en équilibre dans l’eau sans qu’ils aient à lutter en permanence ) produit une tache généralement rouge , signalant un fort retour d’ultrasons.

Selon les espèces et avec un peu d’habitude , on arrive à différencier certaines espèces comme le sandre ou la perche ( famille des percidés ) , qui contrairement aux autres poissons dispose d’une double vessie natatoire qui n’est pas relié directement à l’œsophage par un tube . En effet, chez les percidés ( famille de poisson d’eau douce ) , les échanges gazeux , composés de dioxygène , de dioxyde de carbone et de diazote, se fond au travers des cellules .

Un mélange qui s’effectue en étroit rapport avec la composition sanguine et qui évolue en fonction du milieu et de la profondeur auxquels se situent les poissons . Les faisceaux couverts par la sonde , en forme de cônes , couvrent au sol un diamètre de 60 ou 20 degré . En eau douce , généralement peu profonde , le faisceau de 60 degré reste le plus utilisé . Il couvre une surface égale à la profondeur ( 10 mètres de profondeur = 10 mètres au sol ) . Si la sonde analyse un fond en trois dimensions , l’image à l’écran n’en reproduit que deux . Le relief visible est toujours celui des points culminants .

Depuis 2006 , une autre technologie a vu le jour . Elle fonctionne également avec le principe des ultrasons , mais abandonne le système du cône au profit d’un simple rideau latéral perpendiculaire au bateau . Pour qu’il puisse fonctionner , ce système nécessite une vitesse constante et un cap immuable du bateau . L’image produite est une excellente qualité , proche d’une vidéo monochrome . Humminbird fut le premier à la proposer sous le nom de commercial de Side Imaging . Depuis , son seul véritable concurrent , Lowrance , a produit un système similaire appelé Structure Scan . Dans les deux cas , ces systèmes restent avant tout des outils permettant de ratisser large ( jusqu’à 120 mètres de chaque coté de l’embarcation ) afin de trouver des éléments intéressants sur le fond ( cassure , éboulis , arbres immergés , etc …) mais aussi des boules de poissons fourrages . Ce système révolutionnaire permet au pêcheur de gagner beaucoup de temps pour trouver des indices sur une surface qu’il ne connaît pas . L’analyse en rideau tend à se démocratiser depuis peu , mais son coût reste encore élevé .

Il n’est pas toujours facile de bien interpréter les échos renvoyés par un échosondeur .Voici quelques règles essentielles qui vous aideront à mieux comprendre les différences de formes et de tailles des échos .

L’un des principaux problèmes qui intervient après l’achat d’un sondeur et son réglage reste celui de l’interprétation des échos . Rappelons tout de suite que la fonction « fish ID » représentant des icônes en forme de poissons doit être désactivée , car ces icônes sont d’une imprécision totale . Seuls les vrais échos doivent être visibles . Si l’eau est exempte de débris en suspension , nous pouvons nous permettre de régler la sensibilité à son maximum . Pour comprendre comment interpréter les échos de poissons , il faut rappeler que la sonde envoie des ultrasons en direction du fond .

Le taux de retour est analysé par le microprocesseur de la façon suivante : fort retour = sol dur ( roche) , faible retour = sol mou ( vase) , retour moyen = substrat argileux , sablo-vaseux , etc … Sur les écrans couleurs :

  • Les sols durs sont signalés en rouge vif .
  • Les sols mous en vert .
  • Les fonds intermédiaires en jaune .Tout cela avec des variantes qui passent par l’orange ( «  le presque dur » ) ou le vert qui tire sur le jaune ( le «  pas si mou que ça» ) .

C’est bien beau tout ça , mais quel est le rapport avec nos poissons ?

Vous allez voir que le principe de l’analyse des substrats est assez comparable à celle des poissons . Car l’autre facteur qui fait rougir les écrans , c’est l’air . Or , les poissons possèdent une vessie natatoire ( qui sert notamment à les équilibrer ) dans laquelle se trouve toujours de l’air . Ainsi , sur les échos qui apparaissent en forme d’arc , les plus gros sujet un peu plus petit ou de la même taille , mais situé plus en profondeur , tournera à l’orange . Les sujets encore plus petits ou encore plus en profondeur seront teintés de jaune et de vert .

Pour résumer , nous avons donc les mêmes codes de couleur pour la nature du fond et pour celle des poissons . A vous donc en analysant les contours de telle ou telle tache , voire sa situation entre deux eaux , de décider s’il s’agit d’un poisson ou d’une masse inerte .

Et vous , est ce que vous utilisez un échosondeur? avez vous des questions? l’espace commentaires est tout a vous . Bonne pêche .

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  CHOISIR SES HAMEÇONS ET ACCESSOIRES

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.