Tout savoir sur la pêche au crankbait

Tout savoir sur la pêche au crankbait

Comment bien débuter la pêche au crankbait?

Le crankbaits sont des leurres possédant un corps plutôt court . Parfois de forme ronde ils ont une nage instable sur le plan horizontal et peuvent avoir des mouvements rotatifs. Les Crankbaits sont des leurres surtout utile en début et en fin de saison. En effet les température basse favorisent l’efficacité des Crankbait car les carnassiers n’ont plus autant de nourriture disponible. Le Crankbait a une nage si provocante , qu’il  peut déclencher l’attaque d’un carnassier plus agacé qu’affamé. Il s’agit d’un leurre de prospection systématique. Je vous conseille donc de passer et de repasser avec ce type de leurre.

Les modèles de crankbait sont , soit peu plongeant avec une bavette courte, soit très plongeant (longue bavette). C’est un leurre assez simple d’utilisation qui peut se ramener de manière  linéaire, exerçant une traction assez forte sur la ligne perceptible dans la canne. Ce leurre ne laissera pas indifférent les carnassier à l’affût , près des bordures, recherchant quelques beau cyprinidés , ou encore des batraciens ayant eu la mauvaise idée de s’aventurer loin des herbiers . Ici nul besoin de  l’animer comme pour un jerkbait en stop and go, un simple lancer-ramener canne basse suffit largement car la densité et la spécificité de son corps en font un leurre particulièrement vibrant. Assez costaud , ce leurre de prospection n’est pas fait pour une utilisation très rapide car son rolling déjà très prononcé dès les premiers tours de manivelle suffit largement pour lui donner un semblant de vie. Les cranks à bavette longue peuvent facilement descendre jusqu’à 5 mètres, mais remonteront dès que vous arrêterez la récupération , ce qui est très intéressant en début de saison lorsque votre prospection est sur les tombants proches des rives. Les cranks à bavette longue sont superbe pour ce qui est de peigner rapidement et efficacement les strates plus ou moins profondes car peu de leurres durs peuvent les égaler dans ce domaine .

Ces leurres sont fait pour “pêcher seul”, un peu comme une cuiller tournante. Vous lancez , puis vous ramenez en vous contentant de faire varier le rythme de récupération, ils font le reste :

– Ils descendent et se maintiennent à la profondeur pour laquelle ils ont été conçus.

– Leur nage serrée provoque de multiples reflets qui attirent l’attention du prédateur.

– Les oscillations puissantes du corps déplacent beaucoup d’eau et les vibrations qui en résultent déclenchent un réflexe d’agressivité.

Comment fonctionne les crankbaits

Malgré leur aspect un peu costaud , ces poissons nageurs demandent une conception rigoureuse ainsi qu’une fabrication soignée afin d’accomplir correctement ce pourquoi ils sont fait.

Car , si un défaut d’équilibre n’a pas grande conséquence pour un jerkbait que l’on cherche justement à déséquilibrer, le crankbait, lui, ce doit de nager parfaitement, sans jamais dévier de sa trajectoire.

Il serait en effet malheureux de voir des modèles se mettre sur le côté lorsque l’on accélère ou au contraire qui exigerez une vitesse trop importante pour entrer en action. Un bon crankbait nage à toutes les allures, du ralenti aux accélérations les plus vives. Vous le sentirez bien vibrer et tirer sur la canne.

Bien souvent les modèles ont une forme de poire, avec une tête massive, un corps court et renflé, une queue qui s’amenuise rapidement.

Et ce n’est pas pour rien , car  plus un poisson nageur est court plus sa vitesse d’oscillation est rapide. De plus, une forme massive offre un volume conséquent et déplaçant plus d’eau. Vous pouvez trouver des modèles de section ronde (exemple: Fat Rap, Fat CB) et d’autres dont les flancs sont légèrement aplatis (exemple: Shad Rap).

De plus en plus de poissons nageurs, et surtout des crankbaits, contiennent des billes bruiteuses. Le bruit de ces billes durant  la nage est supposé attirer l’attention du carnassier et même de déclencher son agressivité.

Certaines personnes n’y croient pas, mais bien souvent les leurres ainsi équipés donnent de très bons résultats. Après il ne faut pas non plus tomber dans l’excès, comme on peut le voir sur certains modèles qui ont abusé de cet fonctionnalité .

Une autre partie importante d’un crankbait : la bavette, qui sert a mettre le leurre en mouvement et règle sa profondeur de nage.

Les modèles fabriqué pour la pêche sous la surface ont une bavette courte et presque verticale.
Contrairement aux  très grands plongeurs, qui descendent à 4 ou 5 mètres voire plus, et qui ont une bavette longue offrant une grande surface d’appui, et orientée vers l’avant.

Cette grande bavette joue aussi un rôle de déflecteur limitant les accrochages. C’est elle qui touche l’obstacle en premier, et lorsque vous cessez aussitôt votre récupération, le leurre remonte en surface sans s’accrocher.
Si au contraire vous continuez à ramener, le leurre prend appui sur la bavette, bascule tête en bas (ce qui maintient théoriquement les hameçons hors de l’obstacle), et passe sans s’accrocher. C’est plutôt  efficace ;).

Le corps des leurres Crankbait est donc le plus court que l’on puisse trouver dans les leurres de pleine eau. Cette conception a de nombreuses influences :

– Une descente rapide : Pour les leurres Crankbait à bavette longue vous pouvez retrouver le même type de fonctionnement que les Longbill, une descente rapide dans les profondeurs.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche à roder

– Une nage en semi surface : Avec les modèles de leurres Crankbait à bavette courte, vous rencontrerez le phénomène inverse. Le leurre nage à quelques centimètres sous la surface.

– Le roulis axial : La forme ronde de certains Crankbait associée à un corps très court et à une bavette spécialement profilée donne aux Crankbait une nage en deux dimensions. Les Crankbait ainsi conçus roulent sur eux même, un roulis certes incomplet mais fort attractif. Cela donne à ces leurres une nage amusante et extrêmement énervante sur les carnassiers.

– La difficulté à nager à grande vitesse : La conception générale du leurre ne lui donne pas la possibilité de nager à grande vitesse.

Les modèles de crankbaits

L’animation et l’action de pêche étant plutôt simple, la subtilité de la pêche au crankbait se trouve plutôt dans le choix d’un modèle adapté a chaque situations .

La taille varie généralement  de 7 à 9 cm pour le brochet et le bass, 4 à 6 cm pour la perche. Cela peut sembler court mais les crankbaits sont en général très trapus, un modèle de 9 cm constitue déjà une belle bouchée .

La profondeur de nage est la chose la plus important. Les fabricants sont censé  l’indiquer sur l’emballage. Pour le brochet, la règle de base consiste à pêcher entre deux eaux. Vous pouvez par exemple choisir un modèle plongeant à 50 cm afin de prospecter dans un mètre d’eau, un autre qui descend à 2m50 pour pêcher une zone de 5 m de fond, etc…
Alors oui , ce n’est pas une règle absolue, mais dites vous qu’en cas de doute vous pouvez commencer par là, quitte à essayer d’autres modèles si ça ne marche pas.

En  générale, le brochet ayant une bonne vue en eau claire, et le crankbait étant un leurre assez “agressif” en soi, vous éviterez d’en faire trop et vous vous contenterez des couleurs naturelles, proches de celles d’un véritable poissonnet.
Pourtant certaines couleurs assez original  donnent bien souvent de bons résultats, non seulement en eau teintée mais aussi en eau claire. En particulier la décoration “Fire Tiger” à base d’orange, vert fluo et noir est un grand classique.

Le lipless crankbait

Crankbait lipless

Un peu plus récent parmi  les crankbaits, le lipless crankbait possède des flancs plus comprimés, il ne possède pas de bavette et a un méplat sur le sommet du crâne qui lui permet d’osciller lors des tractions. Son attache ne se trouve pas sur son nez comme pour l’ensemble des autres poissons nageurs, mais sur le dos. Cette particularité lui confère  une nage frétillante et génératrice de fortes vibrations. Beaucoup plus dense que les crankbaits traditionnels, ce lipless est très polyvalent puisqu’il coule facilement et peut s’activer dans toutes les couches d’eau, à la différence d’un crank basique qui nécessite, soit une courte bavette pour les pêches peu profondes, soit une longue pour les tombants et les cassures.  La conduite du leurre peut s’exercer en récupération linéaire canne basse, lente ou rapide en fonction de la couche d’eau visée, en verticale avec des tirées sèches le long d’une cassure. Une bonne complémentarité quand on cherche à changer les signaux acoustiques. Par contre, son absence de bavette à l’avant le rend beaucoup plus vulnérable sur des fonds accidentés à la rencontre d’une branche ou d’un herbier.

L’action de pêche au crankbait

Le crankbait se prête parfaitement à la prospection rapide de grands secteurs uniformes. Lancer au loin, donner deux ou trois tours de manivelle rapides pour le faire plonger, puis ramener.

Une récupération variée mélangeant accélérations, coups de poignets et pauses peuvent être un plus, mais dans l’ensemble un crankbait pêche très bien tout seul et prend du poisson sur des récupérations très mécaniques (c’est pourquoi ces leurres sont excellents pour la traîne). Il est souvent payant de se modérer et de récupérer lentement en donnant juste quelques petits coups de scion de temps en temps.

Les attaques sont presque toujours nettes et sans fautes, d’autant plus sèches que le poisson intercepte un leurre en plein mouvement.

Le ferrage quant à lui , est quasi automatique, surtout avec des hameçons très piquants,  il est donc inutile de ferrer violemment au risque d’arracher l’hameçon de la gueule du brochet.

Le bottom tapping

Une technique très utilisée qui consiste , grâce à des accélérations du leurre de permettre à celui-ci de racler un fond plutôt meuble . Cela part à la base de l’observations des cyprinidés qui fouillent les sédiments à la recherche de nourriture. Cette activité alimentaire provoque un halo de particules en suspension et trouble l’eau sur le secteur. Une occasion très vite identifiée par les carnassiers qui profitent sans plus attendre , de ces conditions (eau trouble) pour attaquer leurs proies. Le bottom tapping reproduit cela. La conduite du leurre sera donc beaucoup plus lente en combinant accélérations et ralentis. Essayez d’imaginer et de voir votre leurre venant racler le fond et soulever des particules, puis ensuite s’élever dans la couche d’eau en raison de sa densité qui le fait remonter en surface, puis replonger.

Les avantages du crankbait

Facilement utilisable

Le crankbait ne nécessite pas d’une animation particulière, il est le leurre idéal lorsque vous débutez la pêche au leurre. Vous pouvez simplement lancé et ramené , ce qui suffira à déclencher de belles attaques. Si vous avez un budget serré, un leurre tel que le  le Golem 100f de chez Sakura par exemple , peut vous apporter de bon résultat  sur les perches et les brochets ( optez plutôt pour des couleurs réaliste , ressemblant plus ou moins a celle des poissons ce trouvant dans le plan d’eau) .

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche du brochet

Il est efficace toute l’année

Le crankbait est un leurre de réaction, il provoque le carnassier, ce qui  le conduit souvent à attaquer. C’est le leurre roi pour le power-fishing (prospection rapide), il vous  sera d’une grande utilité pour localiser les poissons actifs sur le secteur.

Il attire toutes sorte de carnassier

Que vous recherchiez perche, chevesne, brochet, blackbass, sandre, truite ou même silure, le crankbait  vous permettra de capturer n’importe quel carnassier. Bien sur vous devrez adapter la taille de votre crank en fonction de l’espèce que vous recherchez. Le Baby Griffon de chez Megabass est parfaitement adapté pour traquer truite, perche et chevesne alors qu’il n’intéresserait peut être pas un silure ( bien que ce ne soit pas impossible 😉 ).

Parfaitement adapté lorsqu’il y a du vent

Le vent n’est en général pas la meilleure chose qu’il puisse nous arriver lors de nos parties de pêche car bien souvent il emporte notre bannière et ne nous permet pas de garder le contrôle sur le leurre. Le crankbait fait parti des leurres qui s’utilisent plutôt  bien par vent fort. Le fait de ramener son leurre soustrait la bannière et permet ainsi de rester en contact avec celui-ci.

Les  familles de crankbaits

Les crankbaits ont des bavettes plus ou moins grandes, c’est cette longueur qui influera directement sur la profondeur à laquelle votre leurre évoluera.

Il existe plusieurs familles de crankbaits :

– Les Shallow runners (SR) : Ce sont ceux avec une bavette courte, leur nage oscille entre la surface de l’eau et 1 mètre 50 selon les modèles, idéal lorsque vous pêchez les bordures peu profondes à la recherche de perche ou pour passer juste au-dessus des herbiers pour y débusquer un brochet.

– Les Medium runners (MR) : Ils possèdent une bavette un peu plus longue que les shallows, les Médium runners pénètrent un peu plus dans la couche d’eau. Leur profondeur de nage est comprise entre 1.5 mètres et 3 mètres ils conviennent parfaitement pour pêcher en pleine eau ou sur des fonds de 5 mètres par exemple.

– Les Deep runners (DR) : Ces modèles là nagent au-delà de 3 mètres. Ils seront à utiliser lorsque les poissons se tiennent au fond (comme en hiver). Les sandres répondent très bien à ce genre de crank (généralement peu utilisé pour ce dernier) dans certaines conditions.

 Les signaux du crankbait

Le crankbait est le meilleur quand il s’agit de localiser les poissons. Cette prouesse lui provient  notamment de plusieurs signaux qui, les un ajouté aux autres, énervent  les carnassiers.

Sonore

Imaginons que le carnassier se tienne plutôt  loin de votre leurre, la première chose qu’il peut percevoir est le bruit. C’est donc pour cela que 90% des cranks sont équipés de billes bruiteuses. Si vous cherchez un crankbait très sonore optez donc pour un crank de la série des CB de chez Lucky Craft qui couvre toutes les couches d’eau.

Au contraire, dans les endroits où la pêche est importante, ce bruit est souvent synonyme de pêcheur pour le poisson et qui dit pêcheur dit hameçons. La marque Zip bait propose des leurres sans billes bruiteuses, chose rare (surtout sur les crank), associés à un excellent transfert de masse qui leur octroie un gain important en distance de lancer . La série des B-switcher vous donnera de bon résultat .

La vibration

Quand le poisson aura entendu le leurre, la pression de l’eau sur la bavette provoquera des vibrations et donnera du « wobbling » et du « rolling » au leurre, ce qui lui donnera cette nage si particulière. Cette vibration déplace beaucoup d’eau, ce déplacement est directement perçu par les carnassiers aux alentours et l’aidera à localiser le leurre plus facilement.

L’effet visuel

Le poisson a entendu le leurre, perçu ses vibrations et maintenant il le voit. C’est à ce moment-là que les détails et la finition de votre leurre feront la différence.

Et vous quel est votre crankbait préféré ? Répondez moi dans les commentaires et n’hésitez pas à partager cet article si il vous a plu 🙂 A bientôt . 😉

 

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 39
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.