Tout savoir sur la pêche de l’aspe

Tout savoir sur la pêche de l’aspe

Comment bien débuter la pêche de l’aspe?

Avant de parler de la pêche de l’aspe faisons plus ample connaissance avec ce féroce cyprinidés.

Selon le conseil supérieur de la pêche , l’aspe appartient à la famille des cyprinidés . Il a un corps élancé , puissant , sa tête est pointue , assez longue , pourvue de petits yeux . Sa grande bouche est légèrement orientée vers le haut , les commissures arrivant au niveaux des yeux . Il a un dos vert olive à reflets argentés à bleutés , des flancs plus clairs à reflets argentés à jaune ; sa face ventrale est blanc-gris argenté , et les nageoires sont de couleur grise ou brune . C’est un cyprinidé qui atteint des dimensions importantes : la longueur moyenne d’un adulte est de 50 à 75 centimètres , pour un poids moyen de 2 à 4 kilos . Les plus gros sujets peuvent peser 10 kilos pour une longueur avoisinant le mètre .

L’aspe est originaire du bassin de Danube . Les jeunes se nourrissent essentiellement d’invertébrés ( dont le plancton animal ) . L’aspe adulte est surtout ichtyophage ( se nourrit de poisson ) et chasse les bancs de poissons près de la surface . Il consomme des espèces tels que le gardon , l’ablette et la vandoise . Son alimentation est aussi constituée de batraciens et de petits oiseaux . C’est un migrateur qui demeure en eau douce et qui peut remonter des estuaires vers l’amont des cours d’eau pour se reproduire . Il hiverne en profondeur . Il vit généralement dans les cours moyens ( zones à barbeaux ) et inférieurs ( zones à brèmes )  des fleuves et parfois dans de grands lacs . Les jeunes sont grégaires et vivent en bancs près des rives . Ce comportement se perd en vieillissant , les adultes devenant progressivement solitaires et occupant aussi le milieu des fleuves . La maturité sexuelle est atteinte à l’âge de 3 à 5 ans . La période de reproduction se situe entre avril et juin selon la latitude.

Il semblerait que les années de fortes chaleurs soient favorables au développement de l’aspe . Selon les pêcheurs alsaciens , l’été caniculaire de 2003 fut le déclencheur de son développement massif dans l’Ill , à Strasbourg . Depuis qu’il a colonisé le Rhin sur la quasi-totalité de son cours canalisé , mais également son lit originel ( vieux Rhin ) , l’aspe peut compter sur les canaux pour conquérir ne nouveaux territoires : celui de la marne au Rhin où il est de plus en plus signalé par les pêcheurs au coup qui prennent des individus juvéniles et celui du Rhône au Rhin , où il semble en revanche bloqué depuis presque dix ans dans la banlieue Est de Mulhouse .

Sur la Moselle , l’aspe est bien présenté , mais les pêcheurs notent une stabilisation , voire un léger déclin de l’espèce suite à son “explosion ” qui date d’un peu moins d’une dizaine d’années .

Ce poisson est également signalé de plus en plus fréquemment sur la Loire , du coté de Blois notamment où les pêcheurs prennent surtout des aspes juvéniles en pêchant la perche et le brochet à la cuiller . La basse Loire est un fleuve qui convient parfaitement à son développement , mais il s’agira probablement là d’une introduction illégale , réalisée par les pêcheurs , ou peut être une ” erreur ” lors d’un alevinage en cyprins , ce qui semble moins probable .

 Du matériel fiable et solide pour la pêche de l’aspe

Voici la liste d’une partie du matériel utile pour la pêche de l’aspe

La canne pour la pêche de l’aspe

Lorsque vous  pêchez depuis le bord , optez pour une canne spinning a action progressive assez longue (2,10 mètres à 2,40 mètres) d’une puissance moyenne (8 – 20 grammes) voire même moyenne forte (10 – 30 grammes) pour de plus gros adversaires.  Ces cannes permettront  un excellent contrôle du leurre à distance, tout en soustrayant le maximum de bannière à la force du courant. De plus, cela vous permettra de lancer le leurre à de bonne distance et d’atteindre les postes situés loin de la berge, en plein milieu des grandes veines d’eau.

Lorsque que vous pêchez en bateau , vous vous tournerez vers un tout autre équipements. En effet, vous pourrez utilisez un ensemble casting de puissance équivalente si vous le désirez . Grâce a votre embarcation vous aurez beaucoup plus de facilité à atteindre les meilleurs postes et vous n’aurez plus le soucis de devoir lancer loin .Si vous aimez le matériel casting vous y  trouverez alors votre compte . Si vous êtes dans ce cas,vous devrez réduire la longueur de votre canne. Une longueur comprise entre 1,80 mètres et 2 mètres me semble alors particulièrement bien adaptée.

Le moulinet pour la pêche de l’aspe

Un moulinet de taille appropriée viendra ensuite équilibrer la canne choisie et vous permettra de pêcher, sans fatigue, et ce , pendant plusieurs heures. Une condition cependant : celui-ci doit posséder un grand ratio afin d’imprégner une nage rapide à votre leurre , animation qu’adore l’aspe . Pour un moulinet spinning , vous compterez  un ratio minimum de 6:0. Pour un modèle casting, un ratio de 9:0 sera parfait ! Si vous pêchez seulement du bord, choisissez   un moulinet spinning de taille 2500 ramenant a peut près 90 cm par tour de manivelle. Vous trouverez  facilement dans le commerce , des modèles spinning et casting ramenant jusqu’à un mètre de ligne par tour de manivelle.

La ligne pour la pêche de l’aspe

Vous remplirez votre beau moulinet d’un bon nylon de taille 28 ou 30/100 ou bien , d’une tresse d’environ 12/100 prolongée par un bas de ligne de 2 mètres en fluorocarbone (de diamètre 30/100 ). Vous l’aurez compris avec l’aspe vous aurez besoins d’un matériel costaud !

Une grosseur de ligne comme celle-ci vous permettra de résister  à la forte la tension engendrée par le combat mais aussi aux multiples frottements dûs aux rochers et autres obstacles qui seront peut êtres présents sur les postes pêchés. la Loire étant un fleuve “sauvage”, elle est encore riche en éléments naturels abrasifs.

Cependant , si vous pêchez dans un milieu plus dégagé et plus clame , vous pourrez diminuer les diamètres utilisés.  Certains pêcheurs d’aspe pratiquant dans les canaux  utilise une tresse de 8/100 pour remplir leur moulinet .

Pour finir , ne négligez pas   sur la qualité des agrafes utilisées pour relier votre leurre à votre bas de ligne. Il n’est pas impossible de retrouver votre agrafes complètement déformé tant la tension aura était forte durant le combat . Une taille n°2 est un bon compromis entre dimension et résistance.

 La pêche de l’aspe au lancer

Omnivore mais prioritairement piscivore , l’aspe se prête parfaitement à la pêches aux leurres . Lorsqu’il chasse , il évolue seul ou en banc très près de la surface . Chasseur très spectaculaire , il est le seul carnassier d’eau douce dont l’intensité des chasses rivalise avec celles de poissons marins de même poids . Ces moments de frénésie donnent un spectacle hors du commun : sillages longs et rapides souvent terminés par de gros remous , voir un saut hors de l’eau. Ce comportement vient de la façon de chasser des aspes . Lorsqu’il poursuit une ablette , l’aspe la dépasse puis se retourne brusquement sur elle , l’attaquant par la tête . C’est ce qui provoque d’une part la violences des touches , mais aussi de grosses ” tapes ” brèves , impossibles à ferrer .

Certains jours cependant , les aspes ne chassent pas et adoptent un comportement similaire à celui de leurs cousins les chevaines , montant en surface pour inspecter un morceau de pain ou n’importe quel débris pas forcément comestible . Il faut différencier nettement la pêche en eau courante , voire très courante et la pêche en canaux . Dans le premier cas , la pêche aux leurres reste la technique idéale , alors que pour le second , tout est plus compliqué . Si les aspes ont été très pêchés , ils peuvent devenir quasiment imprenables aux leurres . C’est ce qui se passe lors du concours de street fishing de Stasbourg .

La plupart des aspes sont pris dans les courants de l’Ill . Les parcours en canaux font tourner en bourrique les pêcheurs , qui voient pourtant de très belle chasses et aussi de gros aspes se promener juste sous la surface , sans parvenir à autre chose que les faire fuir . En canaux , l’aspe peut devenir rapidement aussi peu coopérant qu’un vieux black-bass qui connait par cœur qui connait par cœur toute la collection des leurres Yamamoto .

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Comment choisir ses plombs pour la pêche

 Choisir le bon leurre pour la pêche de l’aspe

la pêche de l'aspe

L’ablette est la nourriture préférée de l’aspe . Donc tout ce qui de près ou de loin fera penser à une ablette aura sa chance avec les aspes . Ainsi c’est encore la cuiller tournante qui décroche la palme du leurre le plus polyvalent , permettant de prendre des aspes quelles que soient les conditions de pêche . Mais le développement de l’aspe à Strasbourg a coïncider avec celui de la pêche moderne aux leurres  . Parmi ceux qui ont donné les meilleurs résultats , les stickbaits se détachent nettement du lot . Les leurres Illex water Monitor et le Water mocasin ou les Lucky Craft Sammy et Wander avaient alors la préférence des pêcheurs locaux .

Les poissons nageurs à bavette ( jerckbaits ) conviennent tout autant que les stickbaits à la condition qu’ils puissent s’opposer à un courant soutenu , car les aspes aiment chasser dans ces zones tumultueuses . Lorsqu’il s’agit de lancer très loin , ce qui est souvent nécessaire sur le Rhin , l’Ill ou la Moselle , les jigs conviennent très bien . A condition de les faire surfer en surface , ce qui n’est pas , à l’origine , ce pourquoi ils ont été conçus . L’effet produit imite alors à s’y m’éprendre la fuite d’une ablette pourchassée. Evidemment , cela ne fonctionne  qu’à la condition de récupérer le leurre le plus rapidement possible en essayant de l’animer en même temps .

La pêche de l’aspe à la mouche

A la mouche , l’aspe se laisse parfois séduire par un streamer . Plus discret qu’un leurre dur , un streamer brillant de type Sparkler est tout à fait adapté à la pêche de ce poisson . En revanche , la distance de lancer pour atteindre les chasses constitue la principale contrainte . La pêche à la mouche de l’aspe est avant tout une question d’opportunité liée à certains postes qui permettent de pouvoir lancer . Certains pêcheurs alsaciens utilisent des cannes de 14 ou 15 pieds , destinés à la pêche du saumon , et explorent les courants du vieux Rhin avec succès .

L’aspe chassant principalement en surface, l’usage de leurres de surface est fortement conseillé. Les poppers et stickbaits mesurant entre 70 et 90 mm conviendront très bien pour attirer l’attention de ce poisson. Privilégier plutôt les coloris naturels même si les couleurs blanches et jaunes semblent ne pas laisser ce poisson insensible. Vous pourrez aussi optez pour des minnows et autres petits jerks de taille similaire  lorsque les aspes chassent en sub-surface ou dans des couches d’eau plus profondes . Quoi qu’il en soit, choisissez des leurres ne décrochant pas sous l’effet d’une animation rapide ou du courant puissant présent en général sur les postes prospectés.

Pour ce qui est de la taille du leurre, vous aurez le choix . L’aspe s’attrape aussi bien sur un petit minnow de quelques centimètres que sur un gros stickbait de 120 mm . Mais  je trouve qu’un leurre avoisinant les 80 mm (pour un poids allant de 8 à 15 grammes)  en coloris naturel (Ayu, Metallic ou Iwashi par exemple) ressemble  le plus aux proies naturelles (ablettes principalement) chassées par les aspes en Loire.

Les cuillères type feuille de saule de taille n°3 ramenées rapidement en sub-surface ont elle aussi du succès. Vous pouvez même utiliser des petits jigs ou des petites cuillères ondulantes que vous animerez vivement afin de ne pas trop descendre dans la couche d’eau. Les modèles en laiton (planants plus que ceux en plomb) à finition holographique ou à revêtement métallique anodisé feront parfaitement l’affaire. La grande ressemblance avec une ablette pourchassée miroitant en surface sera étonnante .

Le petit plus de ces leurres métalliques ce trouve avant tout  dans leur très bon rapport taille/poids et leur profil aérodynamique. Des tailles de 55 à 80 mm correspondent généralement à une gamme de poids allant de 10 à un peu plus de 20 grammes. Ils permettent donc d’atteindre les postes les plus éloignés, et par la même occasion , les moins pêchés.

Quelque soit votre choix , vous pouvez remplacer les hameçons triples trop fins de fer équipant parfois les modèles de leurres . Cela vous évitera de peut être , voir vos hameçons s’ouvrir ou  même se casser au durant le combat.  N’hésitez donc pas  à les changer directement pour des modèles plus forts de fer. Cela évitera aussi l’effet de cisaillement des chairs que provoque une section trop fine. Les décrochages seront donc moins nombreux.

 Connaitre les postes et comportements pour la pêche de l’aspe

L’aspe est très souvent en mouvement ; il est donc assez compliqué à localiser. Deux situations se présentent donc à vous lorsque vous pratiquez la pêche de l’aspe .

Lorsque vous pratiquez la pêche de l’aspe en zones calmes (canaux par exemple) en général dénuées de postes marqués, vous devrez battre un maximum de terrain pour pouvoir tomber sur un ou plusieurs spécimens en activité. C’est une pêche plutôt monotone qui mettra votre patience à l’épreuve. Car oui, l’aspe à tout le loisir d’analyser la situation (et donc votre montage), il prendra donc davantage le temps de se décider à attaquer , ou peut être pas !

Lorsque vous pratiquez la pêche de l’aspe en zones tourmentées (fleuves ou rivières par exemple) , la partie sera bien plus simple et rentable. Vous devrez alors  vous   rabattre sur des valeurs sûres telles que les avals de barrages (attention à la législation locale ), de seuils et de piles de ponts ; sans oublier les zones de remous, les enrochements et surtout les courants forts et réguliers (radiers par exemple). Il y est , plus facile de leurrer les poissons car la rapidité de décision d’attaque prendra le dessus sur leur méfiance.  Ils ne vont tout de même pas laisser échapper un potentiel repas ?!! 😉  Et cela nous arrange bien.

Dans tous les cas , quand il chasse, l’aspe évolue seul ou en banc très près de la surface. Ces moments de frénésie offrent un joli spectacle : chasses rapides sous la surface se terminant par de gros remous voire même des sauts bruyants hors de l’eau. Un superbe spectacle que n’importe quel personne se rappellerait toute sa vie .

Ce phénomène est en fait dû à la manière dont les aspes chassent et engloutissent leur proie ( comme vu plus haut ). Lorsqu’il poursuit une proie, l’aspe la dépasse puis se retourne brusquement sur elle, l’attaquant par la tête. C’est ce qui provoque la violence des touches.

Attention, de telles chasses ne veulent pas forcément dire  gros scores ! Paradoxalement, il arrive  de se “casser les dents” face à des poissons en pleine activité.Vous aurez beau passer tous les modèles de leurres en votre possession et varier la profondeur d’évolution de ceux-ci, vos aurez beaucoup de mal à remonter le moindre adversaire. Démoralisant .

Il y a même certains jours, où les aspes ne chassent pas du tout et adoptent un comportement beaucoup plus suspicieux vis-à-vis de nos leurres . Surtout lorsqu’il s’agit de vieux spécimens qui ont  goûté plusieurs fois au fer de nos hameçons. Oui , ils apprennent très vite   ! Sur certains parcours sur-pêchés les aspes peuvent ainsi devenir presque imprenables. La parade, comme je l’ai  évoquer au dessus , peut être la diminution du diamètre du fluorocarbone terminal, l’emploi d’une tresse plus fine et l’usage de leurres compacts et lourds. Cela vous permettra alors d’atteindre des postes jusque-là peu pêchés et donc d’avoir quelques touches.

Il paraîtrait aussi  que les périodes venteuses de plusieurs jours sont les plus productives. Certains spécialistes vont même jusqu’à pêcher uniquement  durant la dernière heure de la journée, de loin la meilleure selon eux. Mais bon vous pourrez en attraper a tous les moments de la journée, qu’il fasse beau ou mauvais .

L’aspe étant plus actif au printemps et en automne , vous le pêcherez de préférence lors de ces périodes où sa pêches et bien plus fructueuse .

Une eau froide calmera immédiatement l’aspe pendant plusieurs jours. N’oubliez pas que malgré son comportement carnassier, l’aspe reste un cyprinidé. Son activité alimentaire dépend donc fortement de la température du milieu. Néanmoins , tant que la température de l’eau reste stable, certains pêcheurs arrivent  à faire de belles pêches d’aspes en plein hiver .

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche à roder

Chute du Rhin

 L’action pour la pêche de l’aspe

Votre action de pêche sera  aussi fine que le matériel que vous utiliserez . Vous devrez multiplier les lancers et ramener votre leurre le plus vite possible afin d’imiter la fuite d’un poisson fourrage. C’est justement cette animation très rapide, sans pauses, qui déclenche son instinct de prédation et donc l’attaque. C’est d’ailleurs une des raisons principales majeures des premiers échecs , lorsque l’on  ne ramène pas assez vite son leurre en voulant pêcher l’aspe comme tout autre poisson carnassier.

Si vous désirez  être vraiment précis, vous devrez imprimer à votre stickbait la fameuse nage sinusoïdale dite en « walking the dog ».  Il vous suffira d’impulser continuellement des twitchs (tirées brèves réalisées dans l’axe de la ligne) tout en moulinant rapidement et régulièrement.

Pour des minnows ou des cuillers tournantes, contentez vous d’une simple récupération linéaire rapide. Rien de bien compliqué en faite 😉 . Pour ce qui est des petites cuillères ondulantes ou des petits jigs, vous devrez cependant ponctuer cette animation de base par des micro-interruptions dans la récupération et des mouvements désordonnés du scion. L’effet que vous obtiendrez et superbe : une vraie ablette semblant s’enfuir en faisant miroiter ses flancs !

En action de pêche, lancez votre leurre bien au-delà du poste supposé et, dès l’arrivée de votre leurre dans l’eau, fermez immédiatement votre pick-up afin d’être prêt à ferrer. Vous ne savez pas , les attaques de beaux chevesnes et d’aspes ne sont pas rares à cet instant. Il vous devez être opportuniste 😉 . Une fois ce premier moment passé, vous entamerez la  récupération rapide décrite plus haut et la continuerez jusqu’à vos pieds avant d’entamer un nouveau lancer. Attention, il peut arriver bien souvent que des aspes suivent votre leurre jusqu’au bord et attaquent juste avant  la berge. Je vous laisse imaginer a quel point la violence de la touche et les sensations peuvent vous surprendre  quand seulement quelques mètres de ligne ou moins sont sortis .

Alors bien sûr , vous ne vous en tiendrez pas à seulement une seule vitesse d’animation toute l’année. Celle-ci devra en général être rapide en été , et plus lente en hiver. Mais ce formidable partenaire vous  réservera encore bien des surprises. N’hésitez donc pas à changer souvent de leurre afin de  trouver l’animation et/ou la profondeur qui l’inciteront à l’attaquer.

Une autre point important qui peut causé bien des déboires au début est le choix du poste. Comme  précisé plus haut, n’hésitez pas à pêcher en plein courant, dans la zone la plus rapide, là où vous ne faites jamais passer vos leurres lors de la pêche des autres carnassiers. Les aspes, sont de puissants poissons aux nageoires très développés, et adorent s’y tenir. Je dois avouer qu’il y a de quoi hésiter au début  mais les premières prises font vite perdre, toute croyance sur ce point.

Lorsque la force du courant et la profondeur vous le permettent , choisissez  un placement  dans l’axe du courant. Après l’avoir lancé le plus loin possible en amont, le leurre dévalera dans votre direction  ; la bannière se trouvera ainsi moins perturbée par la force de l’eau. Canne basse, le contact avec le leurre est alors bien meilleur (il n’y a pas de ventre qui se forme dans la bannière), l’animation et le ferrage sont donc plus efficaces. Bateau ou waders (en fonction des postes) vous seront alors bien utiles dans ce cas là .

Si la situation vous rend impossible le fait de rentrer dans l’eau  , la pêche depuis la berge reste heureusement réalisable. Vous lancerez alors le leurre en amont, bien au-delà du poste choisi. Même en levant la canne, la force du courant appuiera inévitablement sur votre bannière et votre leurre fera un joli arc de cercle jusqu’à vos pieds. Il faudra donc parfois s’y reprendre à plusieurs fois afin d’arriver à vos fins et passer précisément sur le poste convoité. Mais le jeu en vaut la chandelle. En tous cas, vous comprendrez bien l’intérêt d’une canne longue dans ce cas de figure .

Si le poste  l’impose (ou que vous voulez prendre aussi des chevesnes en queue de courant), vous pouvez parfois  pêcher vers l’aval. Dans ce cas-là,  contentez-vous d’abord de lancer perpendiculairement à la berge. Un fois le pick-up refermé, levez et maintenez votre canne assez haute pour soustraire le plus possible la bannière du courant. Restez ainsi en contact permanent avec le leurre, prêt à ferrer. Laissez alors le courant appuyer sur votre leurre et le mettre seul en mouvement. Ce n’est qu’au terme d’une dérive en arc de cercle (éventuellement ponctuée de quelques coups de scion) que vous récupérerez votre leurre pour le lancer à nouveau. Cela n’a pas l’air de grand chose mais cette manœuvre peut faire mordre bien des aspes et des chevesne .

Les combats et les touches à la pêche de l’aspe

L’approche du poisson sera  très discrète (on le voit très rarement arriver vers le leurre) mais son attaque ,beaucoup moins . Pour les pêches de surface, gerbe d’eau et décharge dans la canne vous avertiront immédiatement de l’attaque subie par votre leurre qui effectuait un splendide « walking the dog » . C’est d’ailleurs le mode de pêche (avec un stickbait) a utiliser en priorité quand l’eau est suffisamment basse. Surtout si vous aimez le spectaculaire .

Pour la pêche plus profonde au minnow ou à la cuillère par exemple, une violente lourdeur suivie de puissants rushs viendront stopper net l’animation linéaire alors en cours . Sensations garanties .

L’attaque est donc souvent brutale et, une fois piqué, le poisson cherchera presque toujours à rentrer dans le courant, augmentant ainsi la difficulté de sa capture. Pensez bien à ne pas trop serrer votre frein sous peine, là encore, de sérieuses déconvenues . Pour éviter une telle situation , réglez votre frein plutôt doucement dès les premiers lancers. Celui-ci est toujours ajusté de manière à rendre un peu de ligne sous la simple action du leurre ramené rapidement. Vous pourrez toujours resserrer le frein si le poisson prend trop de ligne suite à la touche. L’inverse est parfois bien plus délicat .

Courageux combattant, l’aspe ne se rendra pas avant d’avoir été mis dans votre épuisette (celle-ci n’abîme pas trop le poisson, contrairement au fish-grip). Si vous voulez tenter de le saisir à la main, attention aux derniers soubresauts qui risquent de faire goûter le fer des hameçons à vos mains .

Avant de le remettre à l’eau , soyez assez rapide pour la petite séance photo. En effet, malgré son caractère brutal, l’aspe est un poisson assez fragile.

Respecter ce magnifique poisson sera la garantie de futures parties de pêche très alléchante  .

Pour conclure voici l’essentiel à retenir de la pêche de l’aspe . 

  • Utilisez un ensemble spinning relativement long afin d’ atteindre les veines d’eau éloignées, tout en diminuant le contact de la bannière avec le courant .
  • Munissez votre moulinet d’une tresse assez fine afin de gagner encore une fois en distance .
  • Utilisez des hameçons triples et des agrafes de qualité .
  • Prospectez sans hésiter les zones à très fort courant .
  • Ramenez votre leurre le plus vite possible .
  • Variez les leurres (hauteurs d’évolution) si les touches se font attendre.

Et vous, pratiquez-vous la pêche de l’aspe? comment pêchez-vous l’aspe ?J’attends vos réponses dans les commentaires , et n’oubliez pas de partager cet article si il vous a plu 🙂 . Bonne pêche .

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 15
    Partages

Une réaction au sujet de « Tout savoir sur la pêche de l’aspe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.