Tout savoir sur la pêche du chevesne

Tout savoir sur la pêche du chevesne

Comment bien débuter la pêche du chevesne?

Avant de parler de la pêche du chevesne faisons plus ample connaissance avec ce jolie cyprinidés.

Nom Latin : Leuciscus cephalus

La taille moyenne : elle varie de 20 à 30 cm en moyenne selon les milieux, mais dans la plupart des eaux normalement riches les poissons de 40-50 cm sont très communs, les plus gros dépassant les 60 cm .

Poids : Les plus gros spécimens dépassent les 3 kilos .

Les caractéristiques du chevesne

 Le chevesne, qui peut également s’écrire chevaine, est un poisson d’eau douce très largement répandu dans les eaux européennes. En France, on le retrouve à peu près partout, sauf en Corse et dans le Finistère. Le chevesne fait partit de la catégorie des poissons blancs , c’est à dire des cyprinidés aux flancs argentés et couverts d’écailles, sans couleur ou décorations particulières (gardon, ablette, brème, vandoise, hotu, etc.).

Omnivore, il se nourrit de végétaux, fruits, larves, vers et même de petits poissons . En effet, très opportuniste, il lui arrive d’avoir un comportement carnassier ou charognard, ce qui en fait un poisson capturable avec de nombreuses techniques et appâts. Les chevesnes ont un comportement grégaire et se déplacent en banc d’individu de même taille.

Il est reconnaissable grâce à sa forme générale, et notamment à sa tête massive (d’où le “cephalus” du nom latin) et sa gueule de grand taille, légèrement orientée vers le haut, aux lèvres dures et peu extensibles. Le dos est brun vert, les joues et les flancs ont souvent des reflets dorés, les nageoires ventrales et anale sont en général rouge orangé. La caudale est gris foncé, presque noir, ce qui permet de repérer un petit chevesne au milieu d’un banc de gardons ou d’ablettes par exemple.  Les chevesnes ont une durée vie d’environ 10 ans. À noter que les mâles ont généralement une durée de vie plus longue.

Ils vivent en rivière plutôt calme la plupart du temps mais apprécient les eaux oxygénées. On en retrouve parfois en lac. Ce sont des poissons évoluant généralement dans nos eaux de seconde catégorie. Ils sont pélagiques (vit dans les eaux proches de la surface ou entre la surface et le fond )  et évoluent donc dans toutes les couches d’eau.

Le chevesne est un poisson plutôt suspicieux. De plus, il est doté d’une très bonne vue. C’est pourquoi qu’il n’est pas si facile que ça de le sortir de l’eau et qu’il est nécessaire de savoir rester discret. Sa défense est violente mais de courte durée. Une fois passée, il est plutôt facile de le ramener.
A savoir aussi , que le chevesne constitue un très bon vif, rustique et remuant, mais ayant tendance à entraîner la ligne dans les obstacles.

Reproduction et taille légale

Pour les chevesnes, la période de reproduction se déroule d’avril à juin. Cela dépend en fait, comme pour la plupart des poissons, de la température de l’eau. Ainsi, ils se reproduisent quand la température de l’eau atteint plus de 15°C. La reproduction se passe principalement au milieu des pierres et de la végétation des eaux à faible courant. Les femelles y déposent leurs œufs qui restent là entre 6 et 8 jours. Les mâles atteignent l’âge de maturité à trois ans alors que les femelles, elles, l’atteignent au bout de quatre ans. Il faut aussi savoir que les chevesnes ne sont pas soumis à une taille légale.

Habitat et alimentation

Le chevesne est un poisson qui évolue en banc de poissons, généralement de même taille. Il préfère vivre entre deux eaux, là où le courant est assez soutenu. L’été, il se décide à se rapprocher de la surface et des berges de manière à attraper des insectes. En hiver, quand les températures baissent, le chevesne préfère rester près du fond. Le chevesne est considéré comme un poisson pas trop difficile en ce qui concerne l’alimentation. En effet, on dit souvent qu’il aime tout. Il se nourrit de mollusques, de crustacés, de larves, de vers, d’insectes, d’algues ou encore de fruits.

Le matériel pour la pêche du chevesne

Canne : Pour cette pêche, vous choisirez une canne spinning courte (1m80 à 2m10) et légère de puissance light (2 à 7 grammes) pouvant lancer efficacement des leurres légers.

Moulinet et fil : Un moulinet  (1 000 ou 2 000 /2500) viendra ensuite compléter la canne et vous permettra de pêcher sans fatigue pendant plusieurs heures. Il sera rempli de nylon ou, encore plus discret, de fluorocarbone. Le fil sera nécessairement assez fin afin de rester discret, d’éviter de nombreux refus et de lancer suffisamment loin des leurres très légers. Une tresse en 8 à 10 /100 ou du nylon en 25/100 sera monté dessus. En bas de ligne, un fluorocarbone d’une taille de 16 à 25 /100 est conseillé car il s’agit d’un poisson méfiant et que vous pêcherez la plupart du temps dans des eaux claires.

 Techniques pour la pêche du chevesne 

Puisque le chevesne est omnivore , il peut se pêcher avec des esches végétales (pain, graines, etc.) et des esches animales (asticots, vers de terre, casters, sauterelles, larves d’insectes, etc.). Les techniques de pêche sont multiples. Tout d’abord, vous pourrez pêcher le chevesne en pratiquant la technique de pêche dite « à la surprise ». Cette technique consiste à le pêcher de la même manière que la  la truite en laissant dériver une sauterelle en surface et dans le courant. Le chevesne se pêche aux appâts naturels et il est très friand d’asticots et de casters. C’est d’ailleurs pour cette raison que la pêche au coup à l’agrainage donne en général de très bons résultats. Les  amateurs de pêche au leurre s’en donnent aussi à cœur joie en utilisant de petits poissons-nageurs. Pour finir, il est aussi possible de traquer les chevesnes à la mouche, notamment en utilisant des mouches sèches. La pêche à vue peut d’ailleurs donner de très bons résultats .

La pêche du chevesne aux leurres

Leurres

Les chevesnes peuvent être leurrés avec presque tout ce qui existe sur le marché. Que ce soit leurre souple , cuiller, poisson nageur, lame etc …Tout marche plus ou moins bien selon le moment. Concernant les tailles des leurres, 5cm représente un bon compromis et 7cm une taille maximale même si des surprises ont régulièrement lieu.

Certains préféreront par contre utiliser des leurres bien spécifiques. Les micro jigs sont très efficaces. Représentant une sorte de molusque, les chevesnes en sont friands. Les faux insectes flottants tels que les woodlouse d’Illex ou encore les Insecter de Reins fonctionnent aussi très bien et permettent une pêche en surface . Le popper, petit stickbait et autre PN de surface fonctionnent bien aussi.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche de la perche

Je veux ici m’attarder un peu plus sur la pêche au leurre dur 

La pêche du chevesne en pleine eau

La pleine eau est la plus difficile de toutes les zones, la première des choses à faire sera de trouver les chevesnes  en maraude. Pour cela vous équiperez d’une bonne paire de lunettes polarisantes ( je conseille des lunettes pour toutes vos sorties de pêche d’ailleurs ). Lorsque vous repérerez un poisson qui stationne ou bien en ballade, la plupart du temps vous pourrez aller l’embêter avec un petit leurre de surface de type stickbait ou popper, par exemple : les Storm Gomoku Pencil et Popper, les Sakura Naja 65, les Lucky Craft Bevy Pencil et Bevy Popper …  La chose à ne pas faire cependant, est de lui lancer le leurre sur la tête, car s’il n’est pas en phase d’alimentation ou en poste son premier réflexe sera de disparaître dans les profondeurs ou tout simplement de s’écarter. Une autre chose à éviter est de  faire passer le fil au-dessus de lui, car  il y aura alors de forte chance qu’il le remarque et qu’il s’écarte. L’approche doit alors se faire différemment, le poisson n’étant pas en activité vous devrez le solliciter discrètement et poser le leurre suffisamment loin afin de ne pas l’effrayer. C’est au poisson de se déplacer, et non pas au pêcheur de lui mettre le leurre sur la tête , si le leurre tombe entre 1 et 2 mètres devant le poisson c’est parfait. Au moment où le leurre entre en contact avec  l’eau, attendez et observez, le chevesne aura parfaitement entendu la chute de son repas dans l’eau. Pas d’animation pour le moment, rien, attendez juste pour voir la réaction du poisson. S’il est intéressé, il ira dans la direction du leurre, faites-le alors vibrer tout doucement, lorsque le chevesne accélère ne bougez plus et laissez-le attraper votre leurre. Ne ferrez pas  directement quand vous allez voir sa bouche blanches  s’ouvrir autour de votre leurre car vous lui retireriez de la bouche, attendez juste que la ligne se mette en tension et ferrez tout en douceur, ils possèdent une gueule tendre. Voilà pour le meilleur des scénario , mais tout ne se passe pas toujours aussi bien, parfois le poisson va se déplacer jusqu’à votre leurre, se coller à lui et ne plus bouger. La solution peut alors venir d’un démarrage rapide de la nage avec une petite série de twitchs de la pointe de la canne, voyant sa proie partir, cela peut déclencher un réflexe de prédation. Si cela ne fonctionne pas sur les premiers mètres, stoppez tout, faites une pause et redémarrez, cette animation déclenche souvent les touches.

La pêche du chevesne dans les herbiers

Les chevesnes occupent généralement deux types de poste dans ces herbiers. La périphérie : on peut alors  les retrouver en tête d’herbier, sur les deux côtés à chaque décroché de la végétation et en fin d’herbier. L’autre poste se trouve  dans l’herbier, ce sont les veines de courant provoquées par les structures. Même minime le courant est toujours porteur de nourriture et comme la plupart des poissons , le chevesne ne refusera pas de limiter ses efforts pour avoir un bon repas. Pensez bien que le positionnement des poissons sur la périphérie de l’herbier est quasi similaire aux positionnements occupés par les poissons autour des péniches ou autres structures. Pour aller les titiller , vous pouvez utiliser des petits leurres de surface qui ont la particularité de passer au-dessus de la végétation, vous pouvez y ajouter quelques petits crankbait comme les Rapala Ultra light Crank, les Illex Chubby… Utilisez les pour peigner le devant de l’herbier et l’arrière de l’herbier. Avec une animation simple en lancer ramener rapide, le poisson est là, en poste, il attend et n’a plus qu’à passer à table . Alors n’hésitez pas à tomber moins loin de votre adversaire, environ 1m avec les leurres de surface et passez plus près des tenues potentielles. Même si vous ne le voyez pas , il peut être à l’abri de chaque feuille de nénuphar, alors à vous de chercher les postes .

La pêche du chevesne dans les frondaisons

Les poissons vont se positionner en fonction de la luminosité, et en fonction de ce qui tombe du ciel, par exemple les  insectes et les fruits (cerises, mûres, figues, prunes etc …). En observant bien vous allez pouvoir cibler les arbres potentiellement productifs. Les poissons aussi  se positionner proche de structures qui brisent le moindre courant et pour eux les branches immergées, les racines seront des postes d’affût parfait. Au niveau des leurres vous pourrez vous tourner vers un panel un peu plus large en utilisant les leurres de surface, les crankbaits et les minnows. Les poissons sont en poste et pour la plupart attendent le la chute d’un éventuelle repas pour réagir et sauter dessus. Si vous avez repéré le chevesne le plus simple sera de lancer juste derrière lui . Si vous pêchez sans les voir, ce sera pêche rapide pour prospecter un maximum de postes. Plus facile à pêcher en bateau ou en float-tube que du bord la frondaison est une zone très intéressante que vous ne devez pas négliger.

La zone de courant pour la pêche du chevesne

Tout comme les truites, les chevesnes se positionnent derrière les obstacles ou dans les retours de courant qui leurs permettent de rester dans une zone calme en attendant que la nourriture passe à portée de gueule. Le poisson est en poste et bien décider à ne laisser passer aucune proie. Les attaques sont bien souvent violentes et rapides, sous peine de voir la proie définitivement hors de portée. Les leurres de surface seront moins efficace dans cette zone et vous opterez plutôt pour tous les leurres qui nagent sous la surface, comme les crankbaits, les minnows et les lipless. Les poissons ayant la gueule face au courant il est important d’y penser lors de la présentation des leurres qui évoluent entre deux eaux, pour les leurres de type lipless préférez une prospection de ¾ amont vers l’aval cela limitera les accrochages avec le fond.

Le chevesne peut occuper toute la rivière, il peut se pêcher à vue, il se pêche à toute heure du jour, et avec tout type de leurre , jouez sur les couleurs et les sonorités.

La pêche du chevesne aux fruits

Mûres

La nature regorge de tout ce dont vous avez besoin , des mûres, des framboises ou même une baie de sureau montée sur un hameçon simple ou triple en weightless et votre montage sera prêt.

La technique reste la même qu’avec un leurre. Vous lancez au plus près du poisson repéré, et surtout gardez une certaine tension sur la ligne car le ferrage doit être rapide.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche à l'anglaise

La pêche du chevesne au mort-manié

Particulièrement efficace sur les gros spécimens, surtout quand ils font le gras avant l’hiver. Je vous renvoie vers cet article

Quelques conseils d’approche pour la pêche du chevesne

Les postes pour la pêche du chevesne

Ponton

Les secteurs favorables sont vraiment multiples : les courants (aval des barrages, milieu de la rivière …) , les zones abritées tout en restant proches du courant (calme, plage, reculée, arrière des piles de ponts …), les zones à l’ombre (buissons immergés, arbres surplombants …), celles avec de la pierre ou du métal (ponts, ports, quais, éboulis, palplanches, péniches …), les arrivées d’eau (tributaires, sorties d’égouts ou de centrales …), les herbiers, les arbres morts, les radiers, les dessous de ponts …

Pour ma part , dans l’un des lacs où je pêche en ce moment , les chevesne aiment ce cacher sous un petit ponton (comme celui de la photo ) en bois où son parfois stationner des pédalos .

Il peut donc se trouver en de multiples endroits. Mais a force , vous reconnaîtrez vite un poste où peuvent se cacher des chevesne .

chevesne
Chevesne de 50 cm pêché avec un petit leurre souple, aux abords d’un petit ponton.

Les règles de bases d’une bonne approche pour la pêche du chevesne 

Choisissez soigneusement votre poste pour la pêche du chevesne

Privilégiez des zones bien oxygénées de faible profondeur présentant des variations de courant. Ces zones sont en général toujours bien fréquentées par les chevesne .

Soignez votre approche

Tenez vous éloigné de la berge ou, si vous pêchez en wadding, progressez le plus discrètement possible dans l’eau. Évitez les gestes brusques et n’hésitez pas à vous accroupir pour diminuer les chances d’être vu.

Effectuez une approche allant de l’aval vers l’amont afin de présenter un leurre dévalant vers le poisson.Vous éviterez aussi d’alerter des poissons tournés face au courant. Prenez quand même garde aux poissons situés dans les contre-courants, donc tournés vers l’aval .

Ce poisson est hyper craintif, il n’hésitera pas à détaler au moindre mouvement brusque ou bruit suspect. Prenez soin d’arriver sur la berge discrètement  , prenez le temps d’observer un minimum l’eau avant de vous précipiter afin de voir si des poissons ne sont pas près de la berge.

Lorsque vous capturez un beau spécimen, généralement, l’activité passe au point mort dans le banc. Vous pouvez du coup changer de spot et revenir un peu plus tard si l’envie vous prend, le temps que les poissons présents se calment un peu et redeviennent capturables.

Le mode de pêche du chevesne 

Le choix des leurres sera  guidé par le comportement des poissons et des postes pêchés.

-Zone peu profonde calme ou à courant faible ou modéré : Le stickbait sera bien souvent le plus efficace sur ces spots. Il vous permettra de peigner des postes dans lesquels il n’y a que quelques centimètres d’eau. Les attaques y sont les plus violentes et spectaculaires. Un mini popper pourra aussi être utilisé avec de grandes chances de succès.

-Zone profonde calme ou à courant faible ou modéré : Essayez encore une fois le stickbait. Si vous n’avez toujours pas d’attaque au bout de plusieurs minutes, descendez d’un étage en passant à des petits jerkbaits ou minnows. Une animation a base de tirées brusques et aléatoires permettra certainement de faire craquer un spécimen en maraude. Si en dépit de vos efforts vous n’obtenez aucune touche, explorez la couche la plus profonde en utilisant des petits crankbaits. Des animations en bottom-tapping éveilleront alors peut être l’agressivité d’un chevesne .

-Zone à courant soutenu ou fort : Oubliez les stickbaits et passez directement aux crankbaits . Ces leurres, se faisant remarqué de loin, gagneront à être choisis dans une gamme descendant peu profondément. Une petite cuillère tournante willow (à palette feuille de saule) fera également très bien l’affaire dans cette situation.

Une fois le poisson repéré, essayez un lancer précis et discret, en faisant en sorte que le leurre ne fasse pas trop de bruit en tombant dans l’eau (freinez le fil avec vos doigts pendant le lancer, lancez en coup droit au ras de l’eau). Si vous voyez le poisson s’approcher, apprêtez-vous à ferrer ( pas trop tot non plus comme vu plus haut ) car le chevesne ne gardera pas longtemps le leurre en bouche mais sans toutefois trop anticiper le ferrage .

L’attaque aura souvent lieu dès le poser du leurre ou dès que vous passerez sur la bonne zone. Vous pouvez aussi  les pêcher à vue. Il faut alors lancer le leurre juste derrière lui, le chevesne se retournera alors et attaquera par réflexe.

Ce poisson est tellement lunatique qu’il faut parfois adapter ses animations de leurres selon son humeur du moment : frétillements du leurre à la surface, do-nothing (aucune animation), gros twitchs, accélérations progressives . A vous de voir ce qui fonctionne le mieux lors de vos parties de pêche .

Sur certains postes à fort courant, il peut parfois vous arrivez de pêcher vers l’aval . Dans ce cas-là, contentez-vous d’abord de lancer perpendiculairement à la berge. Une fois votre pick-up refermé, levez et maintenez votre canne assez haute pour soustraire le plus possible votre bannière du courant. Vous restez ainsi en contact permanent avec le leurre, prêt à ferrer. Laissez alors le courant appuyer sur votre leurre (qui doit impérativement être peu plongeur) et le mettre seul en mouvement. Ce n’est qu’au terme d’une dérive en arc de cercle (qui peut être ponctuée de quelques petits coups de scion) que vous récupérerez votre leurre pour le lancer à nouveau.

Autres poissons

Les chevesnes répondent bien à cette technique, mais les autre espèces n’y sont pas non plus insensible. Il n’est pas impossible que vous rencontriez des perches sandres, brochets, bass,  rotengles, aspes etc…

Et vous, pratiquez-vous la pêche du chevesne? comment pêchez vous le chevesne ? J’attend vos réponses dans les commentaires et n’oubliez pas de partager cet article si il vous a plu . 😉 A bientôt .

 

 

 

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 44
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.