Tout savoir sur la pêche du corégone

Tout savoir sur la pêche du corégone

Comment bien débuter la pêche du corégone?

Avant de parler de la pêche du corégone faisons plus ample connaissance avec ce salmonidé.

L’espèce ce trouvant chez nous, sauf au Léman , serait un corégone originaire du lac du Bourget, là où il est appelé  lavaret. Dans le lac Léman ce serait en faite une autre espèce assez proche dénommée féra.
En faite le corégone  (ou féra ou lavaret ) n’existait avant que dans les lacs du Bourget et celui du Léman. Maintenant, il se retrouve dans toute la France , dans les grands lacs ou retenues.

Il appartient à la famille des salmonidés , notamment grâce à la présence d’une deuxième nageoire dorsale, l’adipeuse, les corégonidés présentent trois genres distincts qui sont le corégone, le lavaret et le féra.

Ils vivent en groupe , et possèdent une belle livrée argentée et ont selon les milieux des tailles en général correctes ; En moyenne de 25 à 50 cm. Leur alimentation est essentiellement basé sur les chironomidés et le phytoplancton en fonction des saisons.Il n’est autochtone que dans le lac Léman (féra) ou le lac du Bourget (lavaret), partout ailleurs il y a été introduit.

Vous pouvez le rencontrer à Aiguebelette , Annecy , mais aussi dans le massif central. Il a aussi été introduit dans les lacs des Vosges, à Serre Ponçon et au Salagou. Dans certains lacs, il est possible de rencontrer des poissons de 50 à 80 cm comme c’est le cas du lac du Bourget, d’Annecy, de Saint-point et du Léman. Il y a tout de même encore peu d’information sur ce poisson,  (physiologie, reproduction…) et elles sont différentes en fonction les milieux , mais le corégone reste bon poisson pour le pêche sportive et sa pêche reste très intéressante car ses rushs sont nombreux et vifs.

Le corégone est un poisson lacustre et de pleine eau, vous ne le trouverez pas dans les  fleuves ou rivières. Se nourrissant de plancton et de larves et nymphes de chironomes , il vit en banc de nombreux individus de même taille et peut se reproduire à partir de deux ans.
Sa reproduction se déroule en décembre et début janvier, les poissons se regroupent alors sur les zones sableuses proche du littoral.
Une femelle peut pondre plus de 30 000 œufs par kilos de son poids, les œufs ne mesurent que 2/3 mm. Avec une fécondité telle que celle-là les corégones se reproduisent plutôt bien et leurs populations ne semblent pas en danger.
Vous retrouverez en début de saison les poissons près du fond puis décollés à mesure que l’ été arrive.

Le matériel pour la pêche du corégone

La pêche peut se pratiquer du bord mais étant donné que le corégone est un poisson qui bouge constamment rien ne sera plus agréable et pratique que de pêcher en bateau . Une canne, ( aussi appelée canin ), de 1,2 à 2,4 mètres sera la référence en terme de taille et aura en plus  la particularité d’avoir un scion très souple (en général en fibre plein) pour observer les touches . Pour le moulinet, un modèle à tambour fixe de taille 1000 ou 2500, ou bien un moulinet casting en taille 200 ou encore un moulinet spécifique suisse à ratio super lent pour gamber en moulinant sera bien adapté, avec à l’intérieur  un nylon 16/100 minimum et des plombiers (espèce de gambe avec 5 à 18 mouches en fonction de la législation en vigueur sur les lacs pratiqués).Mais une canne truite très fine et UL avec un moulinet équipé de tresse 6/8 /100 peu aussi faire l’affaire. Les mouches sont des imitations de chironomes, des vers de vase, dont les couleurs et les tailles d’hameçons varient selon les périodes de l’année mais les teintes les plus régulières sont le noir, le rouge, le bordeaux et l’olive.

La plupart utilisent de la tresse en début de saison puis passent au nylon ensuite pour plus de discrétion. La tresse sera de bonne qualité et étanche afin de ne pas libérer de bulles dans l’eau et se faire remarquer par le corégone, pareil pour les vibrations
Choisissez une épuisette à manche long et surtout à filet en nylon afin de ne pas passer des heures à dépiquer les hameçons dans la maille. Les plus utilisées sont aussi cerclées en partie basse afin de couler.

Les endroits où pêcher le corégone

Lac

La vraie difficulté de cette pêche se trouve ici, plus exactement ,  trouver des poissons qui se nourrissent. En fonction des milieux, le corégone évolue de 1 à 50 mètres de fond. Sur certaines périodes fastes en termes nutritionnelles, vous pouvez trouver des échos dans toutes les profondeurs mais seulement une seule sera celle de la nutrition et c’est là que peut commencer la  traversée du désert . Afin d’éviter de perdre du temps de simples observations sur les fonds au sondeur sont utiles. Vous privilégierez les spots présentant le plus de sédiments vaseux (c’est l’habitat des chironomes) au bord des cassures puis les monts immergés et tous les lieux qui présentent une configuration vallonnée. Pensez à regarder ce qui vole et  trouver l’endroit de l’éclosion , tout en tenant compte des vents et des courants existants le jour de votre parties pêche. Toutefois, lorsque vous vous trouvez au bon endroit, la touche devra intervenir dans les cinq minutes et cela arrive très souvent à la première descente du plombier.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche de la carpe

L’activité alimentaire des corégones

C’est un point très flou , car elle peut se dérouler toute la journée et ce à un rythme effréné, ou bien en plusieurs phases ou encore ne représenter qu’une faible partie de la journée comme un quart d’heur. Vous comprenez donc qu’il est  opportun de pêcher à différents moments de la journée et de rester concentré afin réussir votre pêche.  Chaque saison est différente et les mêmes créneaux horaires ne durent qu’un temps (en général une semaine voire deux avec de la chance). Cependant une chose peut s’avérer certaine , c’est que le corégone se nourrit tous les jours et avec frénésie sur les eaux de températures élevées (à partir de 18°C, le top étant 21°C), ce qui le place en opposition avec de nombreux salmonidés qui préfèrent les eaux froides (entre 12 et 16°C).

 La pêche du corégone en général

Le comportement du corégone en étonne plus d’un , en effet , il change souvent de hauteur d’ eau, ne mord que sur des nymphes immobiles ou alors que sur des nymphes en mouvement, rouge un jour, verte le lendemain.
La pêche est lente, appliquée et demande une extrême concentration et beaucoup de patience. En début de saison, en général vers mars , les corégones se tiennent près du fond dans des eaux devenues oxygénées après le retournement hivernal, là c’est la plupart du temps l’immobilité du train de nymphe juste au dessus du fond qui semble le mieux fonctionner .
Plus l’ été arrive plus le corégone monte dans la couche d’eau mais plus il se nourrit aussi de zooplancton, là il vous faudra un sondeur efficace et gamber son train de nymphes ce qui veut dire , le remonter très doucement en tentant d’imiter un chiro qui monte la couche d’eau pour aller se transformer en surface.

La pêche de ce poisson est intriguante, il ne s’avoue presque jamais vaincu. Piqué à 15 ou 20m de fond, il pourra vous faire un rush très puissant puis enchaîner sur un second, un troisième. Il a cette capacité de dégazer et vous le verrez faire lorsqu’il s’approchera de la surface,de cette manière il n’est pas gêné par une vessie natatoire trop gonflée. C’est un poisson avec un très bon rapport poids/puissance , possédant un sacré tonus musculaire .

 Gambes ou plombiers pour la pêche du corégone

La ligne contenant le train de nymphe se nomme gambe ou plombier en fonction de l’endroit où vous pêchez. Elle est en général monté en 16 ou 18 /100 voir moins pour les très petites nymphes. Un plombier mesure aux alentours de 2,5m pour une ligne de 5 nymphes, soit 50 cm d’ écart entre les leurres. Les nymphes sont montées sur une petite potence de guère plus de 5 cm . Au delà de ce nombre de 5 nymphes, là où c’est autorisé, cela devient compliqué de combattre un poisson et pêcher avec autant d’ hameçons sur une simple canne de 2m, c’est pourquoi il est possible d’ utiliser des rallonges de cannes pour le moment de la mise à l’épuisette.

Le principe de base est celui du drop shot mais avec des courtes potences pour donner un peu de liberté aux nymphes et les éloigner du corps de ligne, Vous utiliserez le nœud de chirurgien en sélectionnant le bon brin, celui qui remonte.
L’idéal est de les acheter toutes faites et les monter vous même par la suite . La marque JMC a monté une gamme avec du matériel spécifique, de la boite à plioir à la canne pour le corégone sous la marque Vertigone.

La gambe pour la pêche du corégone

Gambe

En tout début de saison , en mars, le corégone semble opter pour l’immobilité à proximité du fond tout en sachant que la gambe mesure 2,5m, vous pêcherez donc entre le fond et 2,5m. En cas de prise il vous sera de voir sur quelle nymphe le poisson a pris pour affiner la profondeur de tenue des poissons actifs.
Avec le réchauffement des eaux, les poissons seront plus sensibles au mouvement lent et régulier des nymphes sur le plan vertical. C’est votre sondeur qui vous donnera la hauteur d’ évolution des poissons, à vous ensuite de vous caler en fonction.
L’idéal étant de tout essayer, ligne tendue, ligne détendue, mi eau etc .. Jusqu’à ce que vous trouviez.
Profitez bien , cette pêche est plutôt simple et divertissante, de plus le matériel pour la pratiquer n’est pas cher.
Faites quand même attention ,bien souvent , il vous faudra une carte journalière ou spéciale pour pouvoir pratiquer en bateau ou avec un train de nymphes,  donc prenez le temps de vous renseignez .

Les types de nymphes pour la pêche du corégone

Ces nymphes se montent assez classiquement sur des hameçons simples courbes très communs dans le rayon mouche de votre magasin de pêche , mais aussi sur des hameçons doubles .

La taille moyenne des nymphes est sur hameçons de 14 mais aussi en hameçons de 12, certains descendent même sur du 16 voir du 18.
Les nymphes peuvent être vernies, brutes, cerclées, à tête noire ou sans tête, à collerette ou non, l’imagination n’a presque aucune limite lorsqu’il s’agit d’imiter au mieux la nature.

la technique classique pour la pêche du corégone

Vous attachez votre gambe au corps de ligne, vous recherchez les corégones au sondeur, vous vous arrêtez soit à l’ancrage automatique du moteur soit au poids à l’ ancienne.
Vous laissez descendre votre montage, toucher le fond, le décoller de la vase et vous attendez . Lorsque vous observez sur votre sondeur que les corégones évoluent plus haut , vous monterez doucement votre montage, tout doucement jusqu’à atteindre la bonne hauteur, d’où l’avantage d’un bon sondeur pour être très précis. Vous pouvez aussi vous servir , des sondes chirp très précises qui permettent de distinguer le train de nymphe.
Quand ça ne mord pas vous “gamberez ” très doucement .Et quelque fois vous changerez de coin car le corégone peut ne pas être mordeur , mais avant ça vous essaierez plusieurs tailles et coloris de nymphes.
A la touche vous ferrez et c’est là que le combat commence, un combat tout en puissance où le corégone pourra très bien remonter comme une flèche ou bien sonder en force.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche du maskinongé

la technique au bouchon pour la pêche du corégone

En début de saison , quand les corégones se trouve sur le fond ou bien a proximité, vous lancerez une ligne plombée à l’ extrémité, avec un grammage suffisant afin de bien atteindre le fond et de s’y maintenir. Au dessus une classique gambe avec le nombre de nymphes autorisées puis un gros bouchon de type waggler monté en coulissant qui reposera à plat, un stop fil bloquera le coulissement.
A la touche l’inertie du bouchon pour relever sa longue hampe suffira à ferrer le poisson s’il plonge, s’il veut monter à la touche c’est le poids du plomb qui le ferrera.
Quand le corégone est à mi eau, c’est plus classique avec le bouchon debout ou couché, il suffira de régler la hauteur avec un stop fil.

Animation et tenue de la canne pour la pêche du corégone

Pêcher au canin vous demandera  de bien comprendre comment évoluent les insectes dans l’eau car les animations effectuées avec la canne sont le reflet des remontées d’insectes vers la surface de l’eau pour se transformer en insectes volants. Bien souvent, les insectes remontent grâce à une bulle d’air qui leur sert de parachute ascensionnel, Vous comprenez donc que l’animation doit être lente et régulière . Vous pêcherez donc en verticale en positionnant votre main sur le pied du moulinet, ce qui vous évitera des accélérations intempestives nuisant à la réussite de cette pêche. Vous effecturez cette animation de bas en haut à partir du fond sur à peut près un mètre en gardant à l’esprit que vous devez préserver une distance de ferrage sur le haut.

La touche à la pêche du corégone

La touche de ce poisson est rarement la même. Parfois c’est un scion qui ploie franchement et que vous ressentez dans le poignet, d’autre fois c’est un frémissement, un petit rien, une intuition de touche tellement elle est discrète.

Effectuer un ferrage correct à la pêche du corégone

La prise en main de la canne par le pied du moulinet vous permettra de ferrer correctement puisque celle-ci empêche l’action du poignet qui a la fâcheuse tendance à déchirer la gueule fragile des corégones. Lorsque vous ferrez avec le poignet cela génère de nombreuses casses sur les beaux poissons lorsque vous dépassez les huit mètres de profondeur et parfois, vous perdrez le seul poisson de la journée juste pour cette erreur .

Le combat à la pêche du corégone

Il arrive de décrocher des poissons à cause d’un frein trop serré, le corégone possède une bouche dont certaines parties sont très fragiles, il convient donc de garder votre frein plutôt desserré de manière à ne pas abîmer la bouche et que le poisson se décroche . Le combat durera certainement plus longtemps mais vous allez vous amuser.
En général , vous ne pourrez pas déterminer au début , si vous avez affaire à un gros ou un petit, par 20m de fond les sensations sont atténuées et le poisson va vite monter. Ensuite vient le moment où le corégone prend conscience qu’il faut se battre, et là c’est partit pour le rush, parfois interminables avec les gros sujets.
Viens ensuite le moment où il va dégazer et annoncer la fin imminente du match mais il a encore de l’énergie en stock et beaucoup se décrochent à l’ épuisette sur un dernier rush.

Et vous , avez-vous déjà pêché le corégone ? comment le pêchez-vous ? votre réponse m’intéresse , laissez la dans les commentaires 😉 et n’hésitez pas à partager cet article si ils vous a plu 🙂 A bientôt .

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 43
    Partages

Une réaction au sujet de « Tout savoir sur la pêche du corégone »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.