Tout savoir sur la pêche au jerkbait

Tout savoir sur la pêche au jerkbait

Comment bien débuter la pêche au jerkbait?

Le jerkbait est un poisson nageur évoluant généralement assez peu profond, environ 1 à 2 m. Soit ils sont dépourvus de bavette, soit celle-ci est de petite taille et placée presque perpendiculairement par rapport au corps.

L’intérêt de ces leurres réside dans leur animation particulière, en effet « jerkbaits » signifie « leurres à secouer », ils ne doivent donc pas être ramenés de façon régulière et rectiligne comme les classiques poissons nageurs, mais doivent être animés par des coups de poignets plus ou moins réguliers qui les font se désaxer et sauter en avant. Cette nage désordonnée provoque l’agressivité des carnassiers qui attaquent souvent par réflexe. Vous les utiliserez donc dans des secteurs de profondeur moyenne (2 à 3 m) et relativement dégagés, par exemple sur les bordures ou en petites rivières calmes.

Les jerkbaits sont une très grande famille de leurre que nous allons voir dans cet article. Avant tout, il est bon de savoir que le jerkbait est un leurre pouvant être souple ou dur . Généralement allongé , il s’anime par tirées du scion , qui s’effectueront verticalement de haut en bas ou horizontalement de droite à gauche . Sous l’action des tirées le leurre se désaxe, flash, claque et provoque des réflexes d’attaque ou simule un poisson en fuite partant de droite à gauche.

Les différents types de jerkbaits 

Les jerkbaits durs (bois, plastique)
Ce sont des jerkbaits généralement à bavette, de taille modeste et la plupart du temps à l’origine créés pour le black bass. Exemple: B’Freeze, etc…

-Dans la sous-catégories nous trouvons les longbill minnows , (de même nature que les « jerkbaits », les « long bill minnow » ont toutefois une bavette beaucoup plus longue et située dans le prolongement du corps, ce qui en fait des leurres de prospection plus profonde, généralement 2 à 3 m).

-Des jerkbaits bien souvent volumineux, développés en général pour le brochet et la plupart du temps dépourvus de bavettes. Exemple: Buster jerk, etc… Dans la sous catégories nous trouvons,  les pullbaits ou gliders .
Des jerkbaits souples, de formes divers et variées pouvant avoir la forme d’un vers (Senko) ou d’un poissonet (Super Fluke) .

Ils possèdent aussi différentes densité , ainsi nous pouvons encore en trouver 3 types différents :

Les Jerkbait flottants ( floatiing) 

Le leurre est flottant à l’arrêt et descend à la récupération sous l’effet de la bavette. Lorsque la récupération est arrêtée, le leurre remonte. Plus la récupération est rapide et plus il plonge.

Ils sont fait pour plonger à chaque traction et pour remonter au moindre relâché. Plus vous récupérez vite plus il plonge profondément et inversement. Ce sont des leurres à utiliser dans les endroits encombrée et les jours ou les poissons se trouve juste sous la surface.

Les Jerkbait coulants ( sinking ) 

Les Jerkbait coulants sont lestés au centre du corps et  coulent à l’arrêt. Ce genre de leurre coulant permet d’aller embêter  les carnassiers avec grande précision. 

Le leurre coule à l’arrêt plus ou moins doucement et lorsque la récupération est entamée , il commence à nager sous l’action de la bavette .Vous pouvez alors vous servir du principe du compte à rebours, afin de faire nager votre leurre à différentes profondeurs. Généralement, ce genre de leurre remonte légèrement à la récupération.

Les Jerkbait suspending ( en suspension ) 

 Plongeant à la récupération, il reste stable à la profondeur à laquelle a cessé la récupération. Cela lui permet de nager à différentes profondeurs sans les défaut d’un leurre qui remonte ou qui coule lors des Stop and Go.

En théorie la densité du leurre est égale à celle de l’eau . Sous l’effet de la bavette, le leurre descend à la récupération jusqu’à atteindre la profondeur de nage voulu . Lorsque la récupération est stoppé, le leurre ne bouge plus, et  ne remonte pas plus qu’il ne descend. Il reste en suspension dans l’eau à l’endroit où son animation a été stoppé ce qui permet de faire des (longues) pauses durant l’animation.
Pensez bien que les densités d’eau de mer et d’eau douce sont différentes et qu’il existe donc des séries de leurres suspending spéciale pour l’eau de mer (saltwater ou identifiés parfois par “SW” voire ESG chez Lucky Craft par exemple). La densité dépend de la température: un leurre vraiment suspending dans une eau douce à 12°C sera flottant dans une eau à 18°C et coulant dans une eau à 4°C. La notion de suspending est toujours relative, car il s’agit d’un absolu qui permet d’obtenir un leurre qui se maintien immobile entre deux couches d’eau lorsqu’il est arrivé à sa profondeur d’évolution.

Les termes sur la pêche au jerkbait

Jerk

Le jerk est une animation s’obtenant par un mouvement sec et de grande amplitude avec la canne , celle-ci , allant de haut en bas. Le leurre sous la traction effectue alors un rapide départ suivi d’un mouvement ample vers la droite ou la gauche présentant ainsi son autre flanc. Une série de jerk fait nager votre leurre en droite / gauche / droite/ gauche. A chaque nouvelle prise de direction, lorsqu’il s’agit d’un leurre à billes celles-ci claqueront. Ce type d’animation, fera remarquer le leurre de très loin aux carnassiers actifs, et pourra aussi énerver un carnassier au repos et provoquer ainsi l’attaque tant attendu.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur la pêche de l'amour blanc

Twitch

Le twitch s’obtient grâce à  une ou plusieurs petites tirées de la canne , en générale de droite à gauche (pour les droitiers), scion pointé vers le bas. Le mouvement que vous obtiendrez est un tressautement du leurre faisant carillonner les billes les plus légères (en verre), ou celles laissées libres. Le leurre oscille sur lui-même, il donne alors l’impression d’être vulnérable aux yeux des carnassiers réveillant en eux leur instinct de prédateur.

Rolling 

C’est une action mécanique, propre à la conception de chaque leurre, durant la récupération de votre ligne. Il s’agit en faite du mouvement que produit le leurre quand il oscille de droite à gauche en montrant alternativement le flanc droit, puis le flanc gauche. Ceci est obtenu grâce à un centre de gravité bas, un lestage réparti et une section de corps plus ronde, ex. : Arnaud 100 F&S (Illex).

Wobling 

Le wobling est une action mécanique qui elle aussi est induite de la conception du leurre. Lorsque vous récupérez votre ligne, le leurre vous donnera l’impression de frétiller, vibrer sans pour autant sortir de sa trajectoire. Cet effet est obtenu grâce à la la présence d’une partie plane sur la partie basse du leurre ainsi qu’au positionnement d’un lest centré et groupé dans le corps du poisson nageur.

La pêche au jerkbait dur 

Jerkbait

Ces leurres  existent de toutes tailles , de quelques centimètres , à plus d’une vingtaine de centimètres. Ils sont généralement fabriqué en plastique ou en bois. Quand ils sont équipé d’une bavette, celle-ci est courte, plus ou moins large et d’une inclinaison de plus ou moins 45°.  Lorsqu’elle est plus longue il s’agit alors de longbill minnow qui est une sous catégorie de jerkbaits.

Mais cette bavette n’est pas l’unique chose distinguant les jerkbaits puisque de nombreux leurres pour le brochet, ou autres carnassiers, tel que le Buster jerk, le Belly buster, le Salmo Slider, etc… n’en possède pas.
Le poids non plus ne suffit pas pour l’identifier car tout comme leur taille , le poids varie beaucoup lui aussi , ils peuvent aller de quelques grammes à plus de cent grammes. La densité du leurre n’est pas non plus ce qui va permettre d’identifier un jerkbait puisque comme vu plus haut, ils peuvent être flottant, suspending ou coulant.

Conception

Ce sont des leurres de forme allongée. Les jerkbaits durs bénéficient de la technologie importante du transfert de masse au lancer. En fonction des concepteurs, le transfert de masse peut s’obtenir par le positionnement d’une bille se déplaçant vers l’arrière du leurre quand celui-ci est propulsé ou bien par un système de piston qui s’active au lancer.
Quand c’est une bille, celle-ci peut alors rester libre et claquer sur chaque mouvement du leurre. Autre possibilité, la bille revient vers l’avant et rentre dans un logement qui la bloque de façon plus ou moins importante ou cette bille mobile vient se repositionner contre une bille fixe aimanté qui la maintien mais peut être libérée sur un jerk violent.
Une autre technologie développée est un système de piston aimanté qui vient frapper la partie arrière du leurre lorsque celui-ci est propulsé, puis revient s’aimanter à l’avant pour constituer le lest utile à l’animation, technique développée par Zip Baits et reprise par Daiwa. Ce principe est très efficace pour propulser précisément un leurre léger face au vent, tout en conservant une absence de bille sonore (utile sur les poissons se méfiant des cliquetis des billes, seuls les hameçons et autres anneaux produisant un léger son quand ils cognent le corps du leurre).
Le transfert de masse dans les leurres permet  ainsi d’atteindre de grandes distances au lancer. Selon la densité du leurre, vous pourrez peigner les différentes couches d’eau en alternant jerk, twitch, linéaire pour permettre au leurre de développer les qualités propres à sa conception, des stops, petits twitchs et redémarrage. Le jerkbait est un leurre qui donnera libre cours à votre imagination jusqu’à trouver l’animation qui fera réagir les carnassiers. En fonction de la sonorité du leurre, des billes, de la position du lest, de la forme, le leurre ne réagira pas du tout de la même façon et ne travaillera pas dans les mêmes fréquences. C’est pour cela que chaque type de leurre est unique et porte sa propre signature.
Le positionnement du lest dans le corps du leurre induit des actions mécaniques particulières, à savoir le positionnement bas du lest par rapport au centre de gravité provoquera le rolling. La construction plane à la base du leurre induira un wobling plus ou moins amplifié. 
Quelques leurres novateurs récompensés lors de salon type ICAST ont aussi fait irruption dans la famille des jerkbaits. C’est le cas en effet des jerkbaits articulés, constitués par exemple d’une articulation faite par la présence d’un ou deux câbles aciers reliant une multitude de sections du corps : Ex. : Sasara, Live pointer (Lucky craft). Dans le même type la société Strike Pro a commercialisé un leurre possédant une articulation de type colonne vertébrale, beaucoup plus souple que la série Sasara, par contre plus lourde, donnant une densité plus importante et permettant de prospecter les couches plus profondes. Ce type d’articulation nécessite lors du lancer de ralentir le leurre lorsqu’il va toucher l’eau, afin que le triple de queue ne vienne pas chercher la ligne.

Les couleurs 

Il y a deux façons de choisir :
Pour les poissons agressifs et réceptifs vous vous orienterez sur une pêche rapide: les couleurs flashantes permettront au prédateur de rapidement passer à l’action sur le leurre. 
Pour les poissons peu agressifs, par eau claire les couleurs mimétiques, voire “guost” (semi transparente) vous permettront d’obtenir de bons résultats. 
Par eau teintée et chargée les couleurs flashantes feront la différence.
Les coloris firetiger, chartreuse, aurora black ou gold ont  fait leur preuve et ne devront pas être négligés.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Tout savoir sur les techniques de pêches skipping et pitching

Exemple de modèle de jerkbaits durs :
– Le B’freeze ou le Flashminnow tous les deux de la marque Lucky Craft.
– Le Vision One Ten, la série X, le Flap Slap, les Zonk 77 et 120 de chez Mégabass.
– La Segunda de Maria.
– Le Arnaud ou Smash Minnow, le Squad Minnow de chez Jackall Bros importés en France par Illex.
– Le X Rap ou le Husky Jerk proposés par Rapala.

Pour la sous catégorie avec les longbill minnows possédant un corps longiforme et une longue bavette leur permettant de plonger plus profond. Ceux-ci sont en général suspending ou flottant.
Pour les modèles plus gros,  spécifiquement pour le brochet, il y a par exemple :
Le Buster jerk, le Belly Buster distribué par la société Marryat France. 
– Le Salmo Slider. 

La pêche au jerkbaits souple ( soft jerkbaits ) 

Bass au senko

Bien souvent ce sont des leurres souples à la forme allongée ayant une terminaison plus ou moins fine avec comme caractéristique principale la même que celle des jerkbaits durs: ils partent dans des directions aléatoires à chaque coup de scion lors de la récupération.
Quelques exemple : 
Le Senko de Gary Yamamoto, les X layer et Hazedong de Megabass, les Fluke et Super Fluke de Zoom ou le Houdini Shad de Yum et les autres Mother Worm, Slug Go / Slimy Slug, Nitro Soft Jerkbait proposé en France par Illex, etc…

Comment les monter

Vous pouvez les monter en weightless (sans lest) avec un hameçon type worm (off set / wide gap). Ce type de leurre et de montage vous permettra de passer dans les zones boisées et peigner les couches d’eaux supérieures. Pour descendre et conserver l’effet planant de ces leurres vous pourrez leur ajouter un plomb clou ou bien les monter avec des hameçons wide gap plombés sur hampe.
En milieu sur-pêché ils pourront faire la différence , notamment  grâce à l’absence de bille et la texture de leur corps souple chargé en sel ou attractant, contrairement aux leurres durs. Sur des poissons difficiles, la texture souple, salée ou chargée en acides aminés fera que le poisson conservera le leurre beaucoup plus longtemps en gueule et vous donnera un temps de réaction supérieur pour ferrer.
En milieu ouvert, vous pourrez  monter le leurre sur une tête plombée adaptée aux conditions du milieu prospecté.
Vous pouvez aussi , si vous le désirez , ajouter dans le leurre une chambre à billes en verre, ce qui peut aussi faire la différence quand les poissons sont actifs.

L’animation

Elle pourra se faire par petits jerks ou en do nothing (sans animation). Propulser le leurre sous les frondaisons, le laisser gagner le fond le plus naturellement possible, le laisser s’immobiliser et là le poisson qui a suivi la proie qui descendait en ondulant sur elle-même, viendra l’engamer sans se douter du piège qui lui est tendu. C’est si simple, mais tellement efficace.
Parmi les softs jerkbaits que l’on dissocie des leurres à bavette, il existe des hybrides, comme le Mask (conçu au Japon par Jackall Bros et distribué en France par Illex) qui est en fait un poisson nageur souple à bavette qui cumule les multiples effets. 

Matériel adapté 

Les jerkbaits durs sont par exemple très appréciés en hiver ou en période de pre-spawn pour le bass, tout comme les longbill minnows qui plongent plus profond. Il ne faut alors pas hésité à effectuer une animation composées de plusieurs twitchs et de (très) longues pauses pour provoquer une touche.
Dans ce cas, une canne spinning ou casting de puissance assez légère (ML/M) sera alors tout à fait appropriée. Pour les jerkbaits souples , un blank avec une bonne sensibilité sera un plus indéniable.

Pour le brochet, les gros jerkbaits sont des leurres fournissant une bonne quantité de touches et permettent parfois de séduire de beaux spécimens. Là, le matériel devra être costaud: canne casting H, XH et plutôt d’une taille courte (6′) facilitant l’animation canne vers le bas. La canne aura une action plutôt rapide.

Et vous quel est votre jerkbait préféré ? J’attend vos réponses dans les commentaires . Et vous pouvez aussi partager cet article si il vous a plu . 🙂

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 28
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.